NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

YURI BUENAVENTURA- LE PETIT PRINCE DE LA SALSA COLOMBIENNE SERA SUR LA SCÈNE DU JAZZ KIF À KINSHASA

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
YURI

Le Jazz, dit-on, est une cadence intérieure, un équilibre fragile et émouvant plus encore, c’est la magie de l’instant que soit l’on a ou pas. Eh bien, évidemment Yuri Buenaventura est de ceux qui ont cette magie. Ce 16 Juin 2017, nous le retrouverons à Kinshasa sur la grande scène de la Halle de la Gombe à l’occasion de la 11e édition du « Jazz kif », le festival de jazz le plus en vue de l’Afrique Centrale.
De son vrai nom Yuri Bedoya, Yuri Buenaventura, est le petit prince de la salsa colombienne ! Latin jazz, mambo, tango, boogaloo, cumbia, salsa, pachanga… ce touche-à-tout fait rayonner la musique latine à travers le monde depuis 1995. Lui qui s’est attaqué aux styles les plus emblématiques du continent latino-américain a à son actif 6 albums par lesquelles il nous emporte dans une impressionnante exploration musicale, et ce en tant qu’interprète bien sûr mais aussi auteur et compositeur.

Yuri qui a grandi bercée par la salsa new-yorkaise du label Fania et la chanson engagée de la Chilienne Violeta Parra, et tant d’autres ne pensait pas faire carrière dans la musique. En effet, il part à Paris pour s’inscrire en faculté de sciences économiques de la Sorbonne, mais après la rencontre de ses frères latino-américains: Chiliens, Péruviens, Cubains, Vénézuéliens, Argentins, Brésiliens… du « groupe Urpi ». Il décide de faire la manche dans la station du métro Saint-Michel. Et c’est de là que tout est parti!

Il est des ceux qui participent à la fièvre latine qui saisit Paris à l’aube des années 1990. En quelques mois, il devient l’un des chanteurs de salsa les plus cotés du Paris latino. Mais, il peine à décoller et se retrouve criblé de dette alors qu’il est rentré en Colombie pour enregistrer son premier album, « Herencia Africana » (« héritage africain »). Le talent, il l’a et ce sera grâce à sa reprise de la chanson : Ne me quitte pas de Jacques Brel que Rémy Kolpa Kopoul, de « Radio Nova » est enthousiasmé par lui. Yuri trouve alors un éditeur, puis un label. Il édite son disque en 1996 et entre dans l’Histoire car il devient le premier chanteur de salsa à obtenir un disque d’or en France. Et depuis, il n’a plus jamais quitté la scène pour le plus grand bonheur de ses fans !

[fbcomments]