NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

UNE BOUTIQUE POUR ACHETER LES CALINS, C’EST MAINTENANT POSSIBLE AUX ETATS-UNIS

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
hug1
Voila Banner 468×60

De tous les temps que les humains ont vécu sur terre, le nôtre est celui qui devra avoir la plus grande mention de distinction en matière de réalisations de l’inimaginable. L’histoire des affaires et du commerce ne débute pas seulement à notre époque. Depuis toujours, les humains ont fait du business en vendant un peu de tout.

Mais qui de nos ancêtres a déjà eu l’idée saugrenue d’ouvrir un marché où l’on vend non pas des tomates, des vivres frais, les œuvres d’arts mais plutôt des câlins ? Des câlins, je dis bien !

Ça vous étonne ? Ne le soyez pas puisque l’idée s’est déjà matérialisée aux Etats-Unis d’Amérique. Une femme d’une trentaine d’année du nom de Samantha Hess vient d’ouvrir toute une boutique où l’on pourrait y acheter des bisous, des cajoleries et caresses. Tout ça pour la modique somme d’un dollar la minute.

Bon le but qu’elle dit poursuivre est celui de combler les besoins de réconfort pour les personnes en manque de contact chaleureux humain et d’estime de soi. Ça parait noble comme raison mais c’est en même temps trop surréaliste. Et comme il ne manque pas de client dans tous les marchés, la jeune femme affirme avoir reçu déjà plus de 10 000 demandes sur rendez-vous. Débordé, elle fixe alors des limites et se décide de former d’autres calineuses professionnelles. Ainsi, les séances de câlins vont de 15 minutes à 5 heures du temps par individu. Cependant, une seule et unique condition est à observer de manière stricte et soutenue, tout contact physique à connotation sexuelle est carrément prohibé.

L’initiative ne semble pas déplaire aux autorités de la métropole de Portland. Cette ville a toujours été considérée comme une ville ouverte d’esprit ; et cette première boutique dans son genre est plutôt accueillie.

Est-ce que les autres villes du monde vont se tenir tranquilles sans avoir à céder à la tentation de se faire quelques sous juste en offrant des câlins ? La stricte condition qui proscrit tout contact physique à caractère érotique va-t-elle résister à l’usure du temps et surtout à la banalisation dont font preuve les civilisations de cette époque dite moderne ?

Difficile de le dire pour l’heure. Mais on note seulement qu’on aura tout vu dans ce 21è siècle !