NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

Tabu Ley consacré "héros"!

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
tabu-ley-2-630x380

Pascal Tabu Ley dit “Rochereau” décédé samedi à Bruxelles sera inhumé lundi  à Kinshasa, a annoncé un comité “circonstanciel” chargé d’organiser les funérailles du “Roi de la Rumba”.

L’artiste musicien Koffi Olide qui est à la direction dudit comité a confirmé à la presse que la dépouille  de Tabu Ley arrive le samedi à Kinshasa.

“Les autorités ont été appelées à honorer ce baobab de la musique africaine qui a défendu les couleurs de la RDC à travers le monde”, affirme-t-il.

Par ailleurs, les leaders de la musique congolaise ont demandé au chef de l’état, au gouvernement et au parlement de consacrer le jour de la mort de Tabu Ley, comme le jour de la fête nationale de la musique congolais et de la rumba congolaise.

‘‘Nous, ses fils spirituels, ses élèves, apôtres, ses collègues et amis, ses héritiers décidons à partir aujourd’hui que le jour de sa mort reste pour toujours le jour de la fête de la rumba congolaise. Aussi, nous demandons au chef de l’Etat, au gouvernement et au parlement de faire le jour de sa mort, le jour de la fête de la musique nationale congolaise et de la rumba congolaise’’, a indiqué Koffi Olomidé.

Dans leur communiqué, les patrons des principaux groupes musicaux congolais ont consacré Rochereau Tabu Ley ‘‘héros’’ pour ses nombreux apports dans la musique congolaise. Koffi et les autres artistes ont promis de ne pas l’oublier.

‘‘Nous célèbrerons à jamais ta mémoire, l’héritage que tu nous laisses, guidera à jamais nos voix, nos pas de danse et notre sens de la création musicale. Merci Ley et que ton âme repose à jamais au panthéon de la culture universelle’’,

Pascal Tabu Ley est parmi les rares musiciens à avoir composé plus de trois mille chansons. Quatre de ses fils dont Youssoupha l’ont emboité le pas en se lançant dans la carrière musicale.

Après le décès de Wendo Kolosoy, en 2008, Tabu est  l’un des derniers survivants de la génération qui a inventé la rumba congolaise, à la fin des années 1950. Le chanteur, père du rappeur français Youssoupha, est mort, samedi 30 novembre, à l’hôpital Saint-Luc de Bruxelles de suite d’une longue maladie.

[fbcomments]