NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

SOMALIE: UNE FEMME ACCUSÉE D’AVOIR 11 MARIS SE FAIT LAPIDER PAR LES SHEBAB

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
SOMALIE
Voila Banner 468×60

Nous sommes au Somalie, un pays situé dans une région où se vit l’islam radical en afrique. Dans cette contrée une histoire triste mais bien réelle s’est passée. Il s’agit selon le site internet journaldemontreal.com d’une femme qui a été tuée à  coups de pierres par le groupe militant Al-Shabab.

Il s’agit d’une Somalienne qui a été lapidée mercredi par des membres du groupe islamiste radical shebab qui l’accusaient de s’être secrètement mariée avec 11 hommes, ont rapporté les shebab et des témoins.

Selon les témoins, qui ont requis l’anonymat de peur de représailles, la condamnée a été exécutée en public dans le district de Sablale, sous contrôle des shebab et situé dans la région de la Lower Shabelle, à quelque 250 km au sud de Mogadiscio.

La victime, 30 ans, a été lapidée par une dizaine de membres des shebab encagoulés, ont précisé ces témoins à l’AFP.

«Le juge (…) a indiqué que la femme avait reconnu les accusations contre elle, qu’elle était mariée avec 11 hommes en même temps», ont rapporté les shebab dans un communiqué publié sur un site internet affilié au groupe.

Mère de huit enfants, elle avait été arrêtée après une dispute de deux hommes à son sujet, revendiquant tous deux être son époux légitime. Après son arrestation, plusieurs autres hommes s’étaient à leur tour présentés comme son mari.

«L’un des époux est mort, un autre l’a divorcée mais neuf autres étaient encore mariés» à la jeune femme, ont précisé les shebab dans leur communiqué.

Affiliés à Al-Qaïda, les shebab ont juré la perte du gouvernement fédéral somalien et promis en lieu et place d’instaurer un régime fondé sur une interprétation rigoriste de la charia (loi islamique).

Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont ensuite perdu l’essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, jusque dans la capitale et contre des bases militaires somaliennes ou de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom – plus de 20 000 hommes).