NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Mbet – header 7

SOCIAL-LA PREMIÈRE DAME DENISE NYAKERU TSHISEKEDI CHAMPIONNE DE LA PRÉVENTION DE LA VIOLENCE SEXUELLE LIÉE AUX CONFLITS. 

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
DENISE NYAKERU TSHISEKEDI
Mbet – header 7

La première dame de la République Démocratique du Congo, madame Denise Nyakeru Tshisekedi, l’épouse du président Félix Tshisekedi Tshilombo, a été élevée au rang de championne  de la prévention de la violence sexuelle liée aux conflits.

La cérémonie a  eu lieu en présence de la représentante spéciale du Secrétaire Général de l’ONU en charge des questions de violences sexuelles en période de conflit, Pramila Patten.

Elle a  décerné à la première dame de la RD Congo Denise Nyakeru Tshisekedi, le prix des Nations unies , à Kinshasa, le 03 décembre 2019.  En présence de plusieurs invités et membres d’associations qui militent pour la cause de la femme et l’enfant. 

Denise Nyakeru Tshisekedi s’est montrée également très sensible au sort des victimes rejetées par leurs familles tout comme leurs enfants nés du viol . Une cause noble, a dit Pramila Patten : « Les violences sexuelles menacent la vie et le bien-être des personnes, ainsi que des communautés, et ne peuvent être tolérées ni ignorées .» a rapporté RFI.

Au cours de la cérémonie, l’épouse du président de la République s’est engagée à apporter sa contribution dans la lutte contre les violences sexuelles en RDC.

« Ce fléau répugnant doit impérativement s’arrêter. Je salue à ce titre la résolution du Conseil de sécurité des Nation unies qui nous donne de nouvelles armes indispensables dans la prévention et la lutte. Ce fléau n’est pas imbattable, je vous rassure. Cela se doit être traduit par une ferme volonté d’agir au-delà de toute compassion passive ou toute passivité coupable », a-t-elle déclaré.

Selon l’ONU, malgré les efforts contre les violences sexuelles, des enquêtes menées sur le terrain ces deux dernières années démontrent que ces violences à l’encontre des femmes continuent à être utilisées comme une arme de guerre, a rapporté la même source. 

[fbcomments]