NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

SOCIAL : KUNYAZA, UNE PRATIQUE SEXUELLE VENUE DU RWANDA POUR FAIRE COULER L’EAU SACRÉE

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
DDEFFR

Chaque société a ses codes, sa philosophie, sa manière de voir et de comprendre les choses. Bref,ses us et coutumes.

Nous voyageons au cœur de l’Afrique , au Rwanda à la découverte d’une pratique méconnue ailleurs pourtant très utilisée dans cette partie du continent. Il s’agit du kunyaza.

En quoi consiste cette pratique que les autochtones connaissent mieux?

“Kunyaza”:derrière ce mot se cache une pratique sexuelle ancestrale tout droit venue d’Afrique centrale et plus particulièrement du Rwanda.

Le site internet Femme Actuelle rapporte que ce mot fait référence au verbe kunyaàra, qui signifie “uriner” en langue rwanda-rundi, mais qui peut aussi renvoyer à l’éjaculation féminine.

C’est d’ailleurs de cela dont il est question lorsque l’on parle de kunyaza. Et pour cause : cette pratique sexuelle consiste à stimuler le clitoris afin que la femme atteigne un certain niveau d’excitation et produise d’abondantes sécrétions vaginales.

L’origine de cette pratique sexuelle qui met le plaisir féminin au centre de la relation sexuelle tiendrait dans une légende sur l’origine du lac Kivu, l’un des Grands Lacs d’Afrique situé à la frontière de la République démocratique du Congo et du Rwanda.

Une reine lassée par l’absence de son mari aurait sollicité un rapport sexuel avec un garde royal. Intimidé et anxieux, ce dernier aurait tenté de satisfaire ses désirs en tremblant et sans réussir à la pénétrer.

La vibration de son pénis contre son clitoris aurait procuré tellement de plaisir à la reine que celle-ci aurait éjaculé et donné ainsi naissance au lac Kivu rapporte le site.

Cette légende, aujourd’hui devenue une véritable tradition au Rwanda, s’est également développée au Burundi, dans l’ouest de l’Ouganda et de la Tanzanie, et aussi dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Elle a même fait l’objet d’un documentaire baptisé L’Eau Sacrée et réalisé en 2016 par Olivier Jourdain.

Notre source rapporte qu’en Afrique centrale, le kunyaza n’est donc pas seulement une méthode visant à donner un orgasme à la femme, mais une véritable norme en terme de relation sexuelle.

L’homme doit “tapote le clitoris avec son pénis”. Une technique qui permettrait à la femme de “faire beaucoup d’eau”, selon l’expression employée par les adeptes de cette pratique, rapporte cette source.

Et donc, lorsque la femme est sur le point d’avoir un orgasme, elle s’allonge sur le dos et le rapport sexuel se poursuit avec une pénétration.

[fbcomments]