NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

SOCIAL: “ BOMBÉ”, ZOOM SUR CETTE DROGUE DE FORTUNE QUI PREND DE L’AMPLEUR À KINSHASA

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
fdww

Kinshasa, ville capitale de la République Démocratique du Congo. La ville est une métropole qui voit venir et partir visiteurs et touristes chaque mois…

Si, nos regards se braquent sur Kinshasa, c’est a priori à cause d’une drogue très dangereuse qui a vu le jour dans certains ateliers de mécanique de la ville.

Il s’agit de la drogue Bombé.Personne ne sait dire concrètement ce que veut dire ce nom néanmoins, ça reste un nom très cité et entendu partout depuis quelques mois.

Les effets de cette drogue sont très visibles, il est pratiquement impossible de feindre la sobriété quand on est sous la cuite de cette drogue.

C’est quoi la drogue Bombé?

Cette drogue est composée de certains médicaments codéinés, du  Nutriline  ou le Cipralex-4, des résidus de carboné issus du collecteur d’échappement, composé  de monoxyde de carbone et d’azote  et d’autres produits de la vie courante.

On broie le tout pour   une mixture  à consommer par voie nasale ou buccale.

“ J’aime prendre le bombé parce qu’il m’aide à planer. Tu oublies tout et tu as l’impression que tout va doucement. Ça t’amène au septième ciel même si on sait que ça détruit. On va tous mourir un jour ou un autre de toutes les façons…”, a expliqué Van Dam , jeune apprenti mécano depuis le Quartier Kingabwa (23 ans).

Malheureusement  la pression sociale est si forte à Kinshasa que les jeunes généralement sans emploi, essaient de se livrer à cette drogue pour tout oublier.

Cette drogue n’est pas l’unique occupation de cette jeunesse perdue. Il y a aussi les autres boissons  alcoolisées  locales (Aguené, 500, Supu Na Tolo, mino, etc).

Il sied de signaler que cette drogue est apparue sur le marché en 2019 dans la Commune de Kinshasa. Et ce sont les mécaniciens qui sont devenus les grands pourvoyeurs de sa matière première, à  l’insu des propriétaires des automobiles.

Informées de l’existence de cette pratique, les autorités urbaines, le Ministre de la santé et celui de la jeunesse se disent préoccupés par la situation.

Espérons que des mesures idoines seront prises rapidement pour  éradiquer cette drogue aux effets néfastes.

[fbcomments]