NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

RETRO WEEK END 9,10 ET 11 MAI

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Staff benda Bilili
Voila Banner 468×60

Le week end passé s’est bien achevé. Et l’on va faire le résumé de ce qui s’était organisé dans la ville. A l’Institut Français de Kinshasa, le temps est à la fête avec le festival du film européen. Le samedi 10 mai, la première projection s’est effectuée devant la présence de l’ambassadeur de l’union européen ainsi que beaucoup d’autres représentants de différents pays de l’Europe.

Les cinéphiles congolais, présents à l’événement, ont tiré beaucoup de leçons sur le patriotisme et l’humanisme par le biais du film Rien à dire qui a présenté la situation conflictuelle de deux citoyens, l’un de la Belgique animé par une haute estime de lui se rapprochant de près au racisme ; et l’autre, de la France très aimant, affichant un caractère humaniste voire même très touchant.

Tous deux agents de police travaillant au bord de la frontière séparant les deux pays, les deux policiers ont été mis à l’épreuve pour expérimenter la nouvelle règlementation de la route qui veut les deux pays n’ait qu’une seule dénomination commune à savoir l’Europe. Belle histoire d’amour et d’amitié, le film a suscité dans l’assistance le goût de revenez-y.

A l’autre extrême de la ville, c’était plutôt à la dance qu’étaient conviés les amoureux de la culture. Avec le Staff Benda Bilili, le Palm Beach a tressailli sur des pas de dance et de rythmes de la musique inspiré d’un groupe pas comme les autres. Et oui, il faut voir loin pour ne pas se laisser happer que par l’apparence.

Le dimanche 11 mai, Werrason et son Wenge Musica Maison Mère ont invité leurs mélomanes à danser à côté de l’eau claire de la commune de Maluku. Le cadre Planète Sono dit Mayi ya Pembe était bien envahi par les fans de ce mouvement qui s’y sont rendus pour savourer les prémices de Flèche Ingeta, le dernier album du roi de la forêt qui est en préparation.

A 17 heure pile du même dimanche, dans la salle polyvalente de l’Institut Français, le Festival du Film Européen s’est bien poursuivi. A l’affiche : Bario, un film espagnol qui a raconté l’histoire de Javi, Manu et Raï, trois copains ayant grandi ensemble dans une cité d’une grande ville d’Espagne.

Au mois d’août où la chaleur est écrasante, ils n’entendent parler que des habitants de la grande ville qui vont partir au bord de la mer. Les trois amis, sollicités par les spots télévisés, les vitrines des agences de voyages ; les trois manifestent le désir de partir également. Mais ils constatent comme il est difficile de quitter la cité, en somme comme il est difficile de grandir.
Nous voici dans une semaine. Prenez le temps de bien la savourer.