NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

RETOUR SUR LA VIE DE JOSEPH ATHANASE KABASELE TSHAMALA ALIAS GRAND KALLÉ, PÈRE DE LA MUSIQUE CONGOLAISE MODERNE

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
4333689_5_78cb_joseph-kabasele-dit-le-grand-kalle_3d9bf9edcc94b59c881fc5f6d59aca7d

Nous remontons le temps pour parler de cet homme qui est considéré comme pionnier de la musique congolaise moderne. Son nom est Joseph Athanase Kabasele Tshiamala alias Grand Kallé.

Notre voyage commence par la célèbre chanson « Indépendance Cha Cha ». Une chanson écrite pour célébrer l’indépendance de la République Démocratique du Congo ex Zaïre.

Selon nos confrères du site congo-tourisme,Grand Kallé avait lancé cette chanson au soir de la fixation de la date de l’indépendance du Congo par la « Table ronde » de Bruxelles, qui deviendra largement emblématique et dépassera les frontières.

Joseph Athanase Kabasele Tshiamala est né le 16 décembre 1930 à Matadi (Bas-Congo), il est unanimement reconnu comme le père de la musique congolaise moderne. Il a révolutionné la musique au Congo en étant le tout premier à fonder en 1951 un orchestre moderne permanent, l’African Jazz.

Associant les instruments musicaux folkloriques locaux et étrangers, notamment la guitare électrique, dans la musique congolaise, il introduit le rythme afro-cubain dans la rumba congolaise. Il voyage à travers le monde et son succès dépasse largement les frontières nationales. Artiste engagé et panafricaniste affirmé et convaincu, Grand Kallé utilise souvent la musique pour véhiculer le message de la décolonisation du Congo et pour défendre la cause d’une Afrique libre, unie et prospère. Ses chansons « Africa mokili mobimba » et « Indépendance Cha Cha » illustrent bien son indépendance

Sa présence fut aussi marquante lors de la tenue du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) à Kinshasa en 1967, au cours duquel il remit à chaque chef d’État présent un 45 tours à la gloire de son pays. Oublié, il meurt dans un dénuement total à Kinshasa en février 1982 rapport congo-tourisme.