NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

RECETTE : POULET AU MOUSSAKA ET NGAI-NGAI

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
NGAI-NGAI

L’année ‘’2015’’ a été accueillie avec faste partout à travers le monde. C’était une bonne occasion de faire la fête avec toute l’ambiance propice à l’événement. En plus de la musique et de la danse, sur les tables devaient se retrouver des plats un peu plus spéciaux que ceux habituellement dégustés.

Si aux Etats-Unis d’Amérique, la grande particularité qui rappelle aux invités le bonheur et la joie de partager la fête de la Saint-Sylvestre passe par le plat fait à base de la dinde ; en RDC, c’est plutôt le poulet qui se présente comme la plus grande star sur presque toutes les tables de salles à manger. Tout comme la dinde, le poulet est apprêté sous toutes les formes possibles qu’il soit imaginable de le préparer. Il peut donc se manger soit grillé, braisé, frit, cuit à la sauce tomate ou encore avec de la patte d’arachide.

Découvrons aujourd’hui la recette du poulet au Moussaka et au ngaï – ngaï ; c’est-à-dire, le plat de poulet préparé avec du jus de noix de palme mélangé aux feuilles de l’oseille. Pour sa préparation, il vous faudra bien sûr un poulet entier, du jus de noix de palme et des feuilles de l’oseille auxquels vous devriez ajouter les ingrédients tels que du sel, de l’huile, du piment rouge ou vert, d’une moitié de la noix de muscade, une gousse d’ail, un gros oignon, deux tomates fraîches, une feuille de laurier et du céleri.

 

Une fois tous ces éléments réunis, commencez par l’extraction du jus de noix de palme qui, du reste, n’est pas bien difficile à obtenir. Il suffit justement de faire preuve d’un peu de finesse après avoir bouilli  les noix de palme pendant tout au plus 30 minutes. Ensuite, il faudrait les égoutter puis les piler ; dès que c’est fait, séparez les noix de palme du reste du mélange. Enfin, faites passer le jus au tamis, trois à quatre fois ou même plus pour obtenir un mélange homogène. Placez le jus au feu pendant 45 minutes ou une heure jusqu’à ce qu’il tende à prendre une coloration plus rouge qu’orange. Il est également possible de retrouver du jus de noix de palme préalablement cuit dans les supermarchés.

De l’autre côté, coupez votre poulet en bons morceaux pour le cuire avec un peu de muscade râpée, de l’ail, une feuille de laurier, du sel, un peu de céleri et de l’eau. Et  une fois que la chair de votre poulet commence à devenir un peu plus tendre, vous pourriez alors le dorer à l’huile bien chaude sur une poêle avec de l’oignon, de l’ail et les ciboulettes coupés en petit dé. Ajoutez-y des tomates fraîches coupées en fines tranches et laissez-le au feu pendant 10 minutes. Puis rajoutez un demi-verre d’eau.

NGAI-NGAI2

Tournez-vous maintenant vers les feuilles de l’oseille (ngaï – ngaï) dont vous prendrez soin de bien nettoyer. Ramenez-les au feu ; et émiettez-les avec une louche après les avoir bouillies. Enfin, faites le mélange de tout, c’est-à-dire, des feuilles de l’oseille plus du jus de noix de palme et la cuisson du poulet. La dernière touche sera celle de l’ajout du piment entier rouge ou vert. Et voilà que votre plat est finalement prêt pour être dégusté.

Vous pourriez l’accompagner soit avec des bananes plantains, des ignames, des pommes de terre, des patates douces, du riz ou du fufu.

Le poulet au moussaka et au ngaï – ngaï est un plat connu dans plusieurs coins de la RDC ; mais il est aussi bien apprécié par celles et ceux qui y tombent dessus pour la toute première fois.

Bon appétit !