NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Mbet – header 7

RDC- COTE D’IVOIRE, LA GUERRE DE LA MUSIQUE !

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Serge-Beynaud
Mbet – header 7

La RDC a clôturé son année 2014, notamment dans le secteur de la culture, avec une forte décision de la part des autorités du pays qui ont lancé et continuent à mener une campagne soutenue d’initiation à la nouvelle citoyenneté en vue de l’assainissement des mœurs dont les dérives tendaient à franchir les limites du tolérable.

Serge-Beynaud2   Dans la vie en société, l’un des éléments considérables exerçant une certaine influence, tant positive que négative, sur les citoyens reste évidemment la musique. Par le biais de cet art, les artistes ont le moyen de véhiculer des messages, défendre des valeurs ou bien ouvrir la porte aux antivaleurs qui ne facilitent nullement la promotion d’une mentalité responsable ; véritable point d’appui du développement.

Arafat

Et c’est justement pour la dernière raison que la commission nationale de censure congolaise a résolu d’interdire de diffusion, particulièrement sur les ondes de la Radiotélévision Nationale Congolaise (Rtnc) ‘’le média d’Etat’’, une liste de chansons dont le contenu est jugé malsain. Ainsi les chansons telles que Mutshiribara de Koffi Olomide, quelques chansons de l’album Boite noire de Ferre Gola, mais aussi toutes les chansons du genre couper décaler ne pourront plus être diffusées sur la télévision nationale.

Koffi Olomide

Le titre Bloc cadenas de Werrason était également visé par cette mesure, mais il vient d’obtenir à nouveau l’autorisation de diffusion.

FERRE GOLA

Cependant, cette décision formelle a eu un tout autre écho au pays de Dj Arafat ; la Côte d’Ivoire donc. Les DJ ivoiriens qui sont les principaux acteurs et producteurs de ce style de musique ont décidé de réagir. Par la voix de Dj Luciano, le président de Dj de la Côte d’Ivoire, un mot d’ordre a été lancé pour qu’à son tour la musique congolaise soit interdite de diffusion en Abidjan. Et cette campagne s’attise notamment sur les réseaux sociaux pour que la consigne soit bien respectée.

Par ailleurs Abidjan regorge d’endroits qui proposent de la “Rumba” congolaise jouée en direct par des groupes. Et ces derniers connaissent un succès certains. Mais avec cette nouvelle rivalité sur le plan de la musique, quelle tournure pourrait prendre les choses et surtout quelles pourraient être les relations artistiques entre les musiciens de Kinshasa et ceux d’Abidjan, particulièrement ceux qui évoluent dans le couper-décaler ?

Restez sur voilà night pour plus d’infos.

[fbcomments]