NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

RDC: CONSENSUS NON TROUVÉ AU SEIN DE LA PLATEFORME RELIGIEUSE SUR UN NOM POUR LA PRÉSIDENCE DE LA CENI

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
cenii

Depuis le début de la semaine, la désignation du président de la Ceni fait l’actualité en République Democratique du Congo. Jusqu’à présent, personne ne connaît encore le nom du prochain dirigeant de la CENI.

Les leaders des confessions religieuses du pays devaient se mettre d’accord sur un nom pour présider la Centrale électorale de la RD Congo. Un poste clé  pour la tenue des élections libres et transparentes dans le pays. Les huit responsables des confessions religieuses, réunis au siège de la Conférence épiscopale du Congo depuis la matinée, se sont séparés en début de soirée, sans consensus, a rapporté la RFI.

Au sortir de cette rencontre  le patron de l’Église du réveil s’est exprimé au nom de tous les autres. Dodo Kamba Balanganayi a  refusé de donner le nom de leur candidat à la Ceni, mais il a assuré qu’un procès-verbal serait transmis ce mercredi à l’Assemblée nationale, conformément au calendrier.

Du côté des églises catholiques  et protestantes, l’un des responsables de ces églises assurait mardi dans la soirée qu’un procès-verbal établi  dans ces conditions ne pourrait engager la plateforme des confessions religieuses.

Officiellement, pas de nom, mais dans l’entourage de six confessions religieuses, on assure que le futur président de la Ceni s’appelle Denis Kadima.

Denis Kadima n’est pas accepté par les églises catholiques et protestantes. Elles estiment qu’il était trop proche du président Félix Tshisekedi. À la sortie de son audition avec les confessions religieuses, Denis Kadima a démenti tout lien avec un quelconque candidat, il a rappelé qu’il était un expert électoral reconnu sur le plan international et il a demandé à être jugé sur son CV et sur ses actes a rapporté la même source.

Il faut aussi préciser que les églises catholiques et protestantes ne souhaitaient pas que l’Assemblée Nationale  arbitre un conflit entre confessions religieuses.

[fbcomments]