NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

PEOPLE: TOP 4 DES ÉTOILES ORPHELINES, DEVENUES DES STARS MONDIALES

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
50 CENT
Voila Banner 468×60

Devenir star est parfois question de chance. D’autres par contre ont tout hérité de leurs parents comme du pain béni. Ils n’ont rien fait. Tout était là. Par contre, Il y a ceux qui se sont battus bec et ongles pour devenir une étoile. Ils sont partis de pas grands choses sans parents pour les aider. On comprend qu’on a pas pris le même chemin de vie mais c’est possible à celui qui croit: “ Croire et oser”

Selon Topito TV, ces exemples sont légions. Découvrez 4 hommes d’ exception devenus stars de par leur ingéniosité, sagesse ou le coup du sort à l’absence de leurs parents biologiques.

°1. STEVE JOBS: Le patron d’Apple est mort en 2011. Né d’un père syrien et non catholique était abandonné par sa mère, Américaine. Il a été adopté et élevé par la famille Jobs. C’est comme ça que Steve a pu se faire une place de patron dans le monde.

°2. MALCOLM X: Né Malcolm Little et connu sous le nom de El-Hadj Malik El-Shabazz assassiné en 1965 à Harlem a grandi dans un orphelinat. D’un père chrétien baptiste, mort assassiné, ce militant des droits humains a forgé sa colère contre l’homme blanc à cause du racisme.

°3. LEBRON JAMES: Avec un salaire annuel de 35.650 millions de dollars, le joueur de Lakers de Los Angeles était un orpheli. Le meilleur basketteur de l’histoire de la balle aux paniers a été élevé par sa mère, une femme de 16 ans jusqu’à l’âge de 9 ans. A sa mort, Lebron est allé vivre chez un coach de football américain . La suite, on le connait.

°4. 50 CENT: De son vrai nom, Curtis James Jackson III est elevé par une maman mineure et dealeuse de 15 ans. A 8 ans , sa mère n’a que 23 ans est morte assassinée dans sa maison, Il va vivre chez ses grands-parents. A partir de cet instant, commence la grande lutte pour la survie: rap, boxe, Eminem, Dre, etc…Il adopte le nom de 50 Cent en référence d’un criminel de Brooklyn à New-York, Kelvin Martin.