NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

PEOPLE: TOP 4 DES ÉTOILES ORPHELINES, DEVENUES DES STARS MONDIALES

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
50 CENT

Devenir star est parfois question de chance. D’autres par contre ont tout hérité de leurs parents comme du pain béni. Ils n’ont rien fait. Tout était là. Par contre, Il y a ceux qui se sont battus bec et ongles pour devenir une étoile. Ils sont partis de pas grands choses sans parents pour les aider. On comprend qu’on a pas pris le même chemin de vie mais c’est possible à celui qui croit: “ Croire et oser”

Selon Topito TV, ces exemples sont légions. Découvrez 4 hommes d’ exception devenus stars de par leur ingéniosité, sagesse ou le coup du sort à l’absence de leurs parents biologiques.

°1. STEVE JOBS: Le patron d’Apple est mort en 2011. Né d’un père syrien et non catholique était abandonné par sa mère, Américaine. Il a été adopté et élevé par la famille Jobs. C’est comme ça que Steve a pu se faire une place de patron dans le monde.

°2. MALCOLM X: Né Malcolm Little et connu sous le nom de El-Hadj Malik El-Shabazz assassiné en 1965 à Harlem a grandi dans un orphelinat. D’un père chrétien baptiste, mort assassiné, ce militant des droits humains a forgé sa colère contre l’homme blanc à cause du racisme.

°3. LEBRON JAMES: Avec un salaire annuel de 35.650 millions de dollars, le joueur de Lakers de Los Angeles était un orpheli. Le meilleur basketteur de l’histoire de la balle aux paniers a été élevé par sa mère, une femme de 16 ans jusqu’à l’âge de 9 ans. A sa mort, Lebron est allé vivre chez un coach de football américain . La suite, on le connait.

°4. 50 CENT: De son vrai nom, Curtis James Jackson III est elevé par une maman mineure et dealeuse de 15 ans. A 8 ans , sa mère n’a que 23 ans est morte assassinée dans sa maison, Il va vivre chez ses grands-parents. A partir de cet instant, commence la grande lutte pour la survie: rap, boxe, Eminem, Dre, etc…Il adopte le nom de 50 Cent en référence d’un criminel de Brooklyn à New-York, Kelvin Martin.