NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

MUSIQUE- LE MINISTRE DE LA CULTURE PARVIENT À RÉCONCILIER LES ADMINISTRATEURS DE LA SOCODA

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
SOCODA

Encore des turbulence au sein de la Société Congolaise des Droits d’Auteurs Socoda en sigle. Cette fois, les administrateurs sont divisés sur la question de la gestion de l’entreprise. En effet, un bon nombre d’entre eux ont fait le constat d’une mégestion du  Directeur Général intérimaire, Michel Agou.

Reçu sur le plateau de Karibu Variété le dimanche 13 octobre 2019, Adricha Tipo Tipo, l’un des administrateurs de la Socoda, a rappelé que l’objectif premier de la Société Congolaise des Droits d’Auteur est de percevoir les redevances pour les repartir aux artistes. Et c’est bien malheureusement là que se trouve le problème car la Socoda enregistre les perceptions sans les répartir. Selon ce que prévoit les statuts de la société, Adricha fait constater que sur les 100% des redevances perçues, 75% sont destinés aux artistes,  20% pour les frais de fonctionnement et 5% pour la caisse sociale. Cela n’a jamais été respecté, engendrant ainsi un surendettement, un non paiement des membres de la société, et les artistes ne sont pas rémunérés comme il se doit.

Le Conseil d’Administration dans son rôle d’organe de contrôle et d’orientation se devait donc de tirer la situation au clair bien que cela ait entraîné un véritable désaccord avec certains administrateurs donc Jossart Nyoka Longo cité par Adricha Tipo Tipo.

C’est finalement grâce à l’implication du ministre de la culture et des arts que la paix semble revenu au sein de la Socoda, après une réunion de réconciliation organisée le samedi 12 octobre dernier.

A présent, les différents administrateurs attendent de se trouver dès que le président du Conseil d’Administration aura convoqué la réunion du Conseil d’Administration.

Nous espérons que ce nouveau départ permettra ux artistes de voir un peu plus clair en ce qui concerne leurs rémunérations.