NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

MUSICA- HAMED  BAKAYOKO A REÇU KOFFI OLOMIDE, FALLY IPUPA, DAVIDO, MOKOBE, DADJU ,NAZA 

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
img_8996.jpg
Voila Banner 468×60

La mort tragique de DJ Arafat a réuni plusieurs artistes  africains. Après l’enterrement de l’artiste ivoirien, nombreuses figures de la musique africaine et internationale  se sont retrouvés chez Hamed Bakayoko.

Nos confrères  de yeclo rapporte que Hamed Bakayoko a reçu le 1er septembre 2019 les stars et artistes internationaux venus assister à l’enterrement, aux funérailles et obsèques de DJ Arafat.

Parmi ces artistes et stars internationales venus rendre hommage à DJ Arafat, l’on peut notamment citer: Davido, Sidiki Diabaté, Naza, Dadju, J. Martins, Dibi Dobo, Mokobé, Koffi Olomidé, Fally Ipupa, Roga Roga.

Hamed Bakayoko leur a exprimé la profonde gratitude de la Côte d’Ivoire « pour s’être déplacés, à leurs propres frais, pour être aux côtés des Ivoiriens ».

Ensemble, ils ont partagé « le souvenir de cette cérémonie historique, et condamné la profanation de la tombe » de DJ Arafat.

Pour ces artistes « cet acte ignoble ne saurait effacer les marques d’amour et l’hommage exprimé envers le défunt et sa famille »

Hamed Bakayoko les a remercié « pour les propos touchants » l’encourageant « à ne pas baisser les bras et à demeurer aux côtés des jeunes artistes et de la jeunesse en général ».

En retour, le ministre ivoirien de la Défense les a « rassurés qu’aucun mot ni aucun acte, quelle qu’en soit la méchanceté » ne saurait lui « faire cesser d’accorder à l’amour du prochain une place centrale » dans ses principes de vie.

Il a réaffirmé sa solidarité avec la famille en ces moments difficiles.

« Merci à tous les artistes de Côte d’Ivoire et à toute cette jeunesse ivoirienne qui se sont mobilisés durant toutes les cérémonies, et qui condamnent les actes posés par des individus isolés et manipulés. YÔRÔ, Que ton âme repose en paix ! Adieu Fiston ! », tels ont été les derniers mots de celui que les Ivoiriens surnomment affectueusement Hambak