NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

MONDIAL 2018 : ELLE SURPREND SON MARI DANS LE BRAS D’UNE VOISINE APRÈS LA VICTOIRE FRANÇAISE

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
IMG_5159 (1)

Au-delà de l’hommage que la France entière a réservé  à la victoire de l’exigence des Bleus à la Coupe du Monde FIFA Russie 2018. Les villes françaises et de la métropole ont connu des scènes de liesse populaire pour un exploit inattendu de ces ambassadeurs gaulois. Mêmes les militaires français déployés  en opération extérieure ont chanté à tue-tête la Marseillaise dans leurs théâtres des opérations (Mali, Liban, RCA). A l’Hexagone, ces scènes ont été émaillées des violences et d’incidents de tous genres. Pourtant le monde du foot avait plus les yeux rivés sur les possibles affinités entre le Président Macron et la Cheffe d’Etat croate, Kolinda Grabar-Kitarovic.

Pourtant des scènes insolites et cocasses se sont passées dans plusieurs villes africaines après cette victoire française. La plus exaltante est l’affaire soumise au  Poste de Police connu sous le nom de Point Chaud de Kingabwa dans le Quartier Uzam, Commune de Limete. Ce quartier populaire est réputé pour ses marchés aux poissons, ses bars brouillant et grouillant, ses tribus et ses localités aux noms pittoresques comme Paka Djuma, Wenze ya Nzoto, Polar na Biso, Kawele, Grand Monde, Wenze ya Mbisi de Kwamataba, Wenze à Mbila, Nguélé, etc.

Pour découvrir ces mystères cachés : mongwele et libondolo (chikwangues), mabokés des poissons frais, des boas, des tortues, des Lokese( petits crocodiles) et des poulets aux courges, Monsieur L.M ( cadre dans une société brassicole)  est venu suivre la finale de la Coupe du Monde FIFA en compagnie de ses amis. Le quadragénaire est accompagné de sa voisine de palier Madame D.Anny (25 ans, Hôtesse dans une société des télécoms).

Au coup de sifflet final de l’arbitre argentin, Pitana, les 2  amoureux vêtus aux couleurs des Tricolores jubilent sur la victoire française. Ils  décident bras dessous-dessous de sortir du bar Oasis situé juste en face du Marché aux poissons de Kingabwa pour  goûter les Mboto, Lokese et Mongaza. Arrivés sur l’étal de Mama Bou… (Femme de pasteur et vendeuse spécialisée dans la vente de la viande fraîche des Boas). C’est alors qu’une femme surgit et s’attaque à l’Hôtesse. L’homme hagard s’étonne comment sa femme est arrivée jusqu’ici à Kingabwa en provenance du Quartier Beau-vent de Lingwala. La réponse de la femme trompée : « Osuki,  nalembi yo ! Ozo luka nini ? Oyo ndé Beau-Marché ? (Traduisez je suis fatiguée et que veux-tu ? Ici ce n’est pas…) .À suivre !

[fbcomments]