NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

L’OKAPI- LA BEAUTÉ DE LA FAUNE DE LA RDC!

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
OKAPI

L’okapi (Okapia johnstoni), aussi connu sous le nom de Mondonga, cet animal dont l’allure rappelle à la fois celle du zèbre et de la girafe est une espèce de mammifères ruminants qui vit exclusivement dans une petite région au nord-est de la République démocratique du Congo, la forêt tropicale de l’Ituri, où une réserve lui est spécialement dédiée. Mais on peut le retrouver en captivité dans divers zoos du monde.

Bien que connu par les Pygmées  depuis longtemps, c’est en 1901 qu’il est « découvert » par Sir Harry Johnston à qui il doit son nom. C’est l’un des derniers grands mammifères à être observé scientifiquement sur la planète.

Pour certains, l’okapi est un animal étrangement bizarre car il a un cri des plus particuliers. En effet, Le mâle tousse, la femelle mugit, tandis que le petit bêle. Il est exclusivement herbivore. Et quoi qu’il ressemble beaucoup à la girafe, Le corps de l’okapi est court et ses pattes arrières sont plus courtes que celles de devant. Il mesure environ 1,80 m au garrot et pèse au maximum 200 à 230 kg. Il possède une longue langue noire (30 à 50 cm) avec laquelle il peut saisir des objets et nettoyer les parties de son corps. Il est doté d’une excellente ouïe due à ses larges oreilles.

Extrêmement discret et très solitaire, l’okapi est très difficile à étudier dans son milieu naturel, et il ne rejoint ses semblables qu’au moment de sa reproduction qui a lieu de mai à juillet. A l’état sauvage, l’okapi vit de 18 à 20 ans. En captivité, sa durée de vie est de 30 ans.

Aujourd’hui, l’okapi figure sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN ( l’union internationale pour la conservation de la nature) . Pour cause, son habitat est de plus en plus restreint et l’okapi est victime du braconnage même à l’intérieur de la réserve où il vit et surtout dans le parc national de Virunga. Leur population est estimée de 10 000 à 35 000 individus et la tendance est à la baisse. Il est protégé depuis 1933. Et L’espèce est en danger depuis décembre 2013.

 

[fbcomments]