NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

LITTÉRATURE- SAVIEZ VOUS QUE MARCEL PROUST ÉTAIT NÉ UN 10 JUILLET?

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
IMG_5124

Marcel Proust, est sans doute considéré comme l’un des écrivains, voire l’écrivain le plus représentatif de la littérature française, au même titre que le sont Shakespeare, Cervantes, Dante et Goethe dans leurs pays respectifs, et est identifié à l’essence de ce qu’est la « littérature ». Il né à Paris le 10 juillet 1871. Son œuvre principale est une suite romanesque intitulée: “À la recherche du temps perdu”, publiée de 1913 à 1927.

Celui sur qui se sont écrit davantage de livres que sur tout autre écrivain français, est issu d’une famille aisée et cultivée. Mais enfant, Marcel Proust est de santé fragile et toute sa vie il a des difficultés respiratoires graves causées par l’asthme. Ses premières tentatives littéraires datent de ses dernières années du lycée, cependant, profitant de sa fortune, il n’a pas d’emploi et il entreprend en 1895 un roman qui reste à l’état de fragments (publiés en 1952, à titre posthume, sous le titre Jean Santeuil).

C’est en 1896 qu’il publie sa première œuvre « Les Plaisirs et les Jours », un recueil de poèmes en prose et de nouvelles publié chez Calmann-Lévy. En 1900, alors en voyage à Venise et à Padoue pour découvrir les œuvres d’art en suivant les pas de John Ruskin, il publiera sur ce dernier des articles et traduit deux de ses livres : La Bible d’Amiens et Sésame et les Lys.

C’est en 1907 que Marcel Proust commence l’écriture de son grand œuvre « À la recherche du temps perdu » dont les sept tomes sont publiés entre 1913 et 1927, et une grande partie après sa mort. Le deuxième volume, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, obtient le prix Goncourt en 1919. Marcel Proust meurt épuisé, le 18 novembre 1922, d’une bronchite mal soignée.

Véritable mythe littéraire, Marcel Proust dont l’œuvre romanesque est une réflexion majeure sur le temps avec La « Recherche du Temps Perdu » permet de s’interroger sur l’existence même du temps, sur sa relativité et sur l’incapacité à le saisir au présent. Le temps n’existerait ni au présent, ni au futur, mais au seul passé, dont la prise de conscience est proche de la mort.