NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

LES TWIN : ‘’CEUX QUI S’ASSEMBLENT SE RESSEMBLENT’’

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

LES TWIN : ‘’CEUX QUI S’ASSEMBLENT SE RESSEMBLENT’’

Elles ont préféré faire une alliance surtout à cause des points communs qu’elles pensent avoir ensembles. Elles ont une même vision de la musique et une même énergie dans la pratique de cet art qu’elles ont choisi comme un mode de vie. Et pour sceller ces similitudes, elles ont conclu une alliance qui fait d’elles des «Twin» ; entendez les jumelles en français.

 

L’équipe de voilà night les a surprises dans le studio KINSHASOUND, un des studios de la ville qui a rendu service à bon d’artistes, surtout ceux qui évoluent dans la culture urbaine. Sister Becky et Miss Lindsay se dévoilent et nous livrent leurs projets.

 

 

Voilà            : comment vous présentez-vous au public ?

Sister Becky : nous sommes deux Twin, deux potes, deux sœurs qui se sont unies pour présenter une musique puisée dans le Gospel et la Worlds. Nous voulons passer des messages à travers notre musique. Miss Lindsay est chanteuse et moi je suis chanteuse et rappeuse. Nous explorons également d’autres styles de musique à savoir de la techno, de l’afrobeat, du RNB, du hip hop pour démontrer nos capacités. Nous ne sommes pas particulièrement pressées d’imprimer une spiritualité derrière la musique que nous faisons. Nous nous focalisons sur un style et des messages. Nous voulons juste que la musique, qu’elle soit chrétienne ou humanitaire soit écoutée partout.

Voilà            : comment vous êtes-vous retrouvées ? Formez-vous un groupe ? Et comment évoluez-vous ?

Miss Lindsay : Sister Becky a un album en préparation qu’elle ne va pas lancer maintenant. Moi également, je prépare le mien à lancer plus tard. Alors, nous avons eu le temps d’échanger un peu. Je lui ai dit qu’on faisait pratiquement la même chose et qu’on se ressemblait tellement. Pourquoi ne pas se lancer dans une carrière ensemble ? C’est de cette façon que les Twin sont nées. Nous avons d’abord réalisé le titre Hosanna que vous avez entendu. Mais ce n’est pas le seul, il y a d’autres morceaux qui sont en préparation. Et d’ici-là, nous procéderons à réalisation de clips. Et voilà…

Sister Becky : au-delà de tout ça, il y a un parcours. Elle a évolué dans le chant et moi dans le rap et dans le chant aussi. On s’est toujours connue. Mais maintenant nos idées se sont liées quand nous avons eu la même vision. Je préparais un album gospel et elle aussi. Et nous avons compris que nous étions deux artistes connectées. Pourquoi alors ne pas penser tester ce que le public peut ressentir si nous nous unissons…

Miss Lindsay : et nous avons essayé avec Hosanna et voilà que ça marche. Dieu a fait grâce ! Nous n’avons pas encore réalisé le clip ni avoir fait une forte promotion de la chanson mais nous sentons qu’il y a déjà des fans qui aiment le titre.

Voilà            : avez-vous déjà essayé de tourner avec la chanson ? Comment savez-vous que ça marche ?

Sister Becky : quand nous avons fait écouter la chanson aux gens, ils n’ont pas arrêté de nous demander de faire un show. Et il y a des personnes qui se disent prêtes à nous produire, à nous aider et à nous accompagner. Cela fait une grande pression sur nous et nous pousse à travailler davantage.

Le 30 mars, nous serons au Romeo Golf et bien avant, le 26 mars précisément, je serai à l’ambassade des USA.

Voilà            : donnez-nous une idée sur votre parcours. Ou avez-vous commencé votre musique ?

Sister Becky : j’ai commencé la musique, je dirai depuis le sein de ma mère, puisque ma mère est chanteuse. Je suis dans une famille de musiciens, mon frère est également chantre. Mais c’est à l’âge de dix ans et demi que j’ai véritablement découvert le talent de la musique en moi. A cet âge-là, j’ai intégré une chorale pour tester ma voix. Et puis à 11 ans, j’ai rencontré ce qui aujourd’hui forme ma famille, le studio « KINSHASOUND ». Keps, Djino et DDT. Et là, le rap a surgi en moi parce que j’écoutais la boulette de Diam’s. Du coup, j’ai voulu lui ressembler. A 12 ans, je suis monté sur scène pour la première fois devant un millier des gens. C’était au Grand Hôtel de Kinshasa et j’étais encore une petite gamine. Et aujourd’hui, ça fait plus d’une dizaine d’année que je fais de la musique. Et je suis beaucoup plus dans le gospel et l’humanitaire.

Miss Lindsay : j’ai commencé la musique dans le style techno. Je suis très forte sur ces rythmes mais je ne suis pas limitée. Je m’ouvre à d’autres styles. J’ai aussi fait le jazz dans un groupe de mon quartier et nous avons joué des concerts par ci par là. Nous avons participé au festival Air D’Ici avec  Lexxus Legal. J‘ai fait des featuring avec beaucoup de rappeurs ici à Kinshasa. Mais je ne rappe pas comme Sister Becky ; je chante tout simplement. Ma musique subit aussi une forte influence de la soul. Toute petite, j’écoutais Alicia Keys… (Elle a fait un petit a capela). Voilà !!! Aujourd’hui, nous sommes les Twin et nous pensons donner le meilleur de nous au grand public. Tout ce que nous leur demandons c’est qu’il nous accepte. Nous travaillons dure pour eux et nous sommes prêtes à un niveau impossible. Donc, nous sommes très ouvertes pour les contacts en vue de faire des shows.

Voilà            : comment pensez-vous évoluer à l’avenir, le succès et ses avantages ne vont pas vous séparer ?

Sister Becky : je ne pense pas. Nous sommes ensembles et c’est pour la vie. Mais chacune de nous a des messages personnels. Derrière le gospel que l’on fait, il y a des ministères, il y a un appel. Nous ne sommes pas un groupe d’artistes qui se sont réunies pour faire des folies ou une explosion.

Nous sommes deux âmes qui ont reçues séparément un Christ et une grâce de manière séparée. Nous nous sommes réunies pour faire un pas, le deuxième suivra et ainsi de suite. Même miss Lindsay veut faire quelque de manière individuelle ou la Sister Becky, cela ne change pas notre vision en tant des Twin. Les Twin existeront toujours.

Voilà              : qu’est-ce qui va se passer le 30 mars ?

Miss Lindsay : le 30 mars, nous allons nous produire au Romeo Golf dans la commune de la Gombe. Nous sommes invitées à participer dans une œuvre caritative organisée pour assister les femmes violées à l’est de notre pays. Les femmes congolaises, celles qui vivent en Afrique du sud, aux Etats-Unis, en Europe se sont organisées pour faire cette œuvre de charité. Nous sommes nous-mêmes femmes et nous sommes au mois de mars, mois de la femme ; nous livrerons donc ce concert pour assister les femmes de Goma.

Voilà             : ça commence à quelle heure ?

Sister Becky : ça commence à partir de 09 heures. Il y a plusieurs groupes qui sont programmés et nous en faisons partie. Il y aura aussi des artistes du label KINSHASOUND. Nous, nous ne sommes que des bébés. Nous allons marcher à quatre pattes et à la longue nous nous tiendrons sur les deux pattes.

Miss Lindsay : pour clore, nous demandons au public, à tous les mécènes, aux producteurs et aux managers de nous assister. Nous sommes seules et nous travaillons par nos propres efforts. Les contacts que nous avons, nous les avons obtenus par ce que nous sommes courageuses. Nous faisons du porte à porte. Ceux qui sont à l’extérieur du pays qui ont apprécié Hosanna,  il faut savoir qu’il n’y a pas que ça. Nous avons vraiment besoin d’un producteur, des managers. Nous reconnaissons qu’à Kinshasa, il y a beaucoup d’artistes et pas ou très peu des producteurs. Les Twin ont beaucoup à donner, soyez avec nous et vous ne serez pas déçu.

Merci

[fbcomments]