NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

LES KINOIS PREFERENT-ILS LES FEMMES AVEC DES FORMES GENEREUSES ?

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
DSC_0804-001-630x380

La question se pose alors que l’on observe, depuis un certain nombre d’années, chez les femmes kinoises; une sorte de volonté obsessionnelle d’être dans certaines “normes” de la beauté qui sont plutôt controversées.

Cette question est liée à un sujet beaucoup plus général et subjectif qui consiste en la définition de la beauté et de ses critères.

Qu’est ce qui fait qu’une femme soit Belle?

Il est certain que ces critères ont évolués et continuent d’évoluer en fonction des différentes civilisations, cultures, et époques.

Depuis des siècles, le débat sur la beauté de la femme reste entier; d’une société à une autre et d’une culture à une autre, d’une époque à une autre, la beauté de la femme a toujours été l’objet de toutes les passions de l’homme.

 

Le jugement de l’homme justement est immédiat et par un simple regard il “décidera” de la beauté d’une femme, basé sur des critères de jugement qu’il a assimilé dans la société dans laquelle il a grandi. De son côté, la femme sait lire dans le regard de l’homme si elle est perçue en tant que Belle Femme.

Niki4

Mais parmi les hommes, nous ne parlerons que des Kinois; les hommes de la capitale de la  République Démocratique du Congo qui ont donné leur témoignages dans ce premier article d’un dossier consacré à la beauté et a ses critères.
Nous leur avons posé la question de savoir ceux que, selon eux, sont les traits physiques typiques  de la belle femme. Et cela pourrait peut être vous étonner, mais la plupart des hommes ont reconnu être séduit par la femme aux formes généreuses…  « Il n’y a qu’à regarder la réaction des hommes au passage d’une femme avec des hanches bien marquées ».

« C’est tout les gars qui se retournent pour la voir et le plus courageux va tenter de l’aborder en espérant qu’elle ne l’ignore pas » nous disait un autre Kinois.

« Il ne suffit plus qu’une femme ait un beau visage, il faut qu’elle est aussi tout les attributs de la féminité : des hanches bien marquées, un jolie visage, mais surtout un postérieur généreux ». La liste des commentaires et arguments des, Kinois, est tellement longue que nous ne pourrons pas tous les reprendre ici.

Mais nous avons recueilli les réactions de plusieurs congolais, et après une petite statistique, il semble que deux Kinois sur trois préférent les femmes aux postérieurs généreux.

Certains disent adorer cette partie du corps de la femme plus que tout le reste. Pour d’autres encore, c’est le trait physique fondamental de la femme. « Sans fesses, la femme devient un peu un homme, a dit un autre Kinois ». Ces parties font sa sensualité, sa douceur et augmentent encore plus l’adrénaline et l’excitation chez un homme.

art

Pour la plupart des Kinois que nous avons rencontrés, la femme congolaise est la plus belle femme d’Afrique pour ses formes.  Bantou, les Kinoises sont pour la plus part des femmes aux seins remarquables et aux hanches bien maquées qui riment avec, pardonnez-nous l’expression,  “une belle paire de fesses”.

Ceci peut apparaitre grossier et péjoratif de nos jours, alors que nous sommes dans une ère ou le respect de la femme est devenue une valeur fondamentale de nos sociétés;

Il est intéressant de se tourner vers le passé pour tenter de comprendre les sources et possibles racines de ces critères. En Afrique traditionnelle, ces formes généreuses étaient, non seulement signe de féminité chez la femme, mais aussi de fertilité.

A Kinshasa, les hommes ne tarissent jamais devant pareille corpulence.

Le terme scientifique de “stéatopygie” est souvent utilisé pour qualifier, les postérieurs rebondis. Ces formes sont ressentis par la femme elle-même comme un atout majeur et à un avantage sur celle qui n’en serait pas dotées.

Elles sont souvent source d’une fierté féminine, de confiance en soi et pour certaine d’orgueil.

Cet orgueil est souvent renforcé par le regard encourageant et satisfait des hommes.

Elles le savent… les hommes aiment ça, les regardent et leur courent derrière.

Cette réalité tellement présente, et parfois frustrante pour celles non dotées de ces formes généreuses, a donné naissance à des phénomènes comme le « C4 », « tsha fouin » et autres ; qui consistent, pour les jeunes femmes, à utiliser des méthodes pas toujours recommandées et même parfois dangereuse pour la santé, pour tenter d’adapter leurs formes à cette norme.

Parmi ces méthodes, vous trouverez des injections de produits chimiques divers, et même parfois l’introduction de substances par la voie anale, à la façon d’un suppositoire.

Les résultats sont souvent différents des résultats attendus, dans certain cas causent des déformations, ou même de grave problèmes de santé.

Vous l’aurez compris, pour beaucoup de Kinois, le postérieur de la femme semble être une partie très décisive dans le jugement de la beauté de la femme

Si vous y payez attention, vous pourrez souvent apercevoir dans la rue, les gens se retourner au passage des « biloko » (comprenez la nourriture) ;

A Kinshasa, la femme est parfois comparée à un aliment que l’homme se doit de manger avec appétit. Et les femmes qui ont les « biloko » savent que les hommes ne cesseront jamais de leur courir derrière. Cercle vicieux ou cycle de la vie ?  Ainsi va la vie à Kin la belle…

 

Quel est votre avis à propos de sujet,  Êtes-vous du même avis ? Le débat est ouvert sur VOILA NIGHT, avec un dossier autour de ce thème.

Réagissez sur notre Facebook et faites part de vos témoignages.

[fbcomments]