NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

LES AMAZONES DU DAHOMEY : DES GUERRIÈRES AFRICAINES QUI ONT RÉSISTÉS A LA COLONISATION

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
amazones-du-dahomey-vers-1890

Le saviez-vous ?

Les Amazones du Dahomey ou Mino (nos mères en langue fon) sont un ancien régiment militaire entièrement féminin de la tribu Fon de l’ancien Royaume du Dahomey (actuel Bénin) qui a existé jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Une légende attribue la création de ce régiment au roi Houegbadja (1645 à 1685), troisième roi du Dahomey, mais c’est en réalité la reine Tasi Hangbè (ou Nan Hangbe) qui est la vraie créatrice du corps des amazones du Dahomey, comme régiment combattant, intégré aux armées professionnelles du royaume.

Les Amazones sont sélectionnées parmi les enfants d’esclaves, elles sont vierges et ne sont pas autorisées à se marier ou à avoir des enfants. Après une formation, elles intègrent le corps des femmes de guerre du roi, l'”Agoledjié”. Elles n’ont absolument pas peur de la mort, et tuer ne leur fait pas froid aux yeux. En général, elles combattent au-devant de l’armée car elles sont sans pitié face à leurs ennemis et très résistantes au combat.

Les Minos menèrent un combat farouche contre les forces militaires  françaises alors qu’elles avaient entrepris une mission pour déloger le roi Béhanzin en 1892. En effet, L’image est restée à jamais gravée dans la mémoire des 3 000 soldats français qui, s’étaient engagés dans une mission à l’intérieur du territoire en 1892 pour  déloger le roi Béhanzin qui s’accrochait à l’indépendance de son fief. Mais, Le 26 Octobre 1892 alors que les soldats français sont à une cinquantaine de kilomètres d’Abomey, leur route est soudainement bloquée par une immense armée équipée de carabines Winchester et d’armes blanches, et au grand effarement des Français, elle est composée de femmes. Ce qui devait être une campagne facile se transforme très vite en calvaire. Ce sera alors la journée la plus meurtrière de cette guerre». Beaucoup de soldats français périront.

Même si un mois plus tard les Amazones s’avouent vaincus parce que les soldats français, qui possèdent alors des armes sophistiqués arrivent à les éliminer une à une et à réduire leur effectif,  plusieurs des soldats français qui eurent à lutter contre les Amazones raconteront, pendant longtemps, et longtemps encore, le courage et la force de ces femmes noires prêtes à perdre la vie pour sauver leur royaume.

[fbcomments]