NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

KINSHASA: AFFAIRE VIOL D’UNE ÉLÈVE DE 13 ANS, LES RÉACTIONS APRES LE VERDICT

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
FA69773E-8DDA-44F4-9568-F9B7D256C7C0

Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. Nous assistons à une affaire qui a fait naître un mécontentement de la majorité de la population kinoise.

C’était un avant midi sombre pour certains et pourtant salvateur pour les autres. Tout le monde était impatient d’avoir les nouvelles des autorités. Les juges devaient dire la loi et faire appliquer la justice dans ce dossier de viol sur une élève mineur qui a ébranlé plus d’un sur la ville.

Pour la petite histoire, il s’agit du viol qu’a été victime une petite fille de 13 ans dont on choisit expressément de taire l’identité. Les faits ont eu lieu dans un appartement que ses camarades, tous élèves à l’école Reverend Kim ont loué avec l’aide d’un adulte le 17 mai 2019.

L’école nie toute responsabilité dans ce viol, selon les responsables, les élèves devaient être chez eux à la maison car le 17 mai est un jour férié en RD Congo. Chose qui est vraie.

Nous sommes dans les locaux du Tribunal pour Enfant, dans la commune de Lingwala. Nous entendons une réaction du public, le procès était en audience public et la réaction permet de deviner un mécontement. Si on pouvait le sentir, on pouvait aussi le voir sur les visages, la déception était généralisée…

Le verdict venait de tomber, deux enfants ont été condamnés, l’un a été condamné pénalement et civilement responsable, ses parents vont payer une somme de 10.000 dollars américains comme dommages et intérêts.

Le cerveau de cette opération ne va pas en prison , parce qu’il serait l’enfant d’une autorité (petit-fils d’un sénateur dont l’un des fils s’est déjà tiré d’une affaire d’accident de voiture qui a causé la mort d’un civil), ainsi les parents de ce dernier doivent également payer 10.000 dollars.

Les 5 autres enfants ne sont pas concernés ni condamnés. L’école aurait mis dehors la fille victime du viol et sa soeur. Elles ne passeront donc pas leurs examens comme tous les élèves. Les auteurs du viol eux par contre sont permis de venir passer en toute quiétude leurs examens. Suite à tout ça, la victime aurait tenté de se donner la mort plusieurs fois.

Il faut dire que ce verdict a fait naître depuis hier des réactions de mécontement sur la place publique et sur la toile. La population pense que la justice serait injuste et que les ONG de droit de la femme et l’enfant n’ont pas joué leur rôle dans cet affaire.

Et très vite, un mouvement de soutien à la victime de 13 ans a vu le jour. son objectif est de soutenir d’abord moralement la victime puis faire appel en instance supérieure afin d’obtenir une justice plus juste en faveur de la victime.