NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

KIMPA VITA – LA JEANNE D’ARC CONGOLAISE A L’ORIGINE D’UN GRAND MOUVEMENT SPIRITUEL

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
kimpa-vita

L’Afrique regorge des histoires, non pas des fables ressorties de la fontaine mais émanant du vécu de ses protagonistes. Il faut notamment citer Kimpa Vita connue aussi sous le nom de Dona Beatriz, qui est une prophétesse Kongo, fondatrice et dirigeante du mouvement antonianiste, une forme de syncrétisme entre catholicisme et religions traditionnelles du Kongo.

C’est entre 1684 et 1686 qu’elle serait née dans une famille de la noblesse Kongo. Elle fut baptisée à l’époque où le catholicisme prennait davantage ses empreintes dans le royaume Kongo. Dès sa jeunesse, elle est reconnue comme nganga marinda, intermédiaire entre les hommes et le monde des esprits ; elle est initiée au sein de la société secrète dite kimpasi qui avait pour mission de délivrer les gens des forces du mal à travers des cérémonies d’exorcisme appelées mbumba kindonga.

Kimpa Vita enseigne que Jésus, ses apôtres et de nombreux personnages bibliques sont noirs et sont pour la plupart des Nekongo (le véritable peuple élu). Le roi Antoine 1er Nvita Nkanga en kikongo doit être considéré comme un « Messie ». On prétend qu’elle meurt chaque vendredi et ressuscite chaque dimanche, après avoir passé deux jours à s’entretenir avec Dieu. Elle avait même adapté certaines prières catholiques, notamment l’Ave Maria et le Salve Regina, qu’elle transforme en « Salve Antoniana ».

Ajoutons qu’elle reconnaissait l’autorité du pape mais se montre hostile aux missionnaires européens, principalement actifs sur la côte atlantique. Pierre IV, inquiet du succès rencontré par le mouvement antonianiste, finit par la faire arrêter et condamner au bûcher en 1706 avec son enfant, après un procès en hérésie, devant un tribunal civil conseillé par les missionnaires capucins Bernardo da Gallo et Lorenzo da Lucca.

A l’heure acteuelle, Les messianismes congolais du xxe siècle (matsouanisme, kimbanguisme), toujours actifs aujourd’hui, font référence à la figure de Kimpa Vita, qui d’ailleurs est considérée comme la jeanne d’arc congolaise en raison des ressemblances entre sa biographie et celle de Jeanne d’Arc, brûlée vive à Rouen en 1431. Par ailleurs, L’université de Uíge, en Angola, est appelée « université Kimpa Vita » depuis 2009