NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Samsung S8 728×90

KENYA: UNE FEMME AUX ARRÊTS POUR AVOIR DÉCOUPÉ LE CORPS DE SON MARI

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Femme

Il est de ces histoires qui effraient tellement elles sont horribles parfois on y croit pas pourtant ces sont des faits vrais. Afrimag rapporte une histoire affreuse qui s’est déroulée au Kenya. La police d’Eldoret, au Kenya, tient l’épouse d’un vendeur de journaux tué de sang-froid samedi matin.

Geoffrey Matchesa, 35 ans, a reçu plusieurs coups sur la tête, le cou et les jambes avant que son corps ne soit démembré et enfermé dans un sac de protection.
La femme avec un autre suspect toujours en fuite aurait chargé le corps démembré sur une moto.

Heureusement, la moto a été interceptée par des voisins à moins de 500 mètres de sa maison de Bondeni Estate, alors qu’elle était conduite vers une destination inconnue par un conducteur, accompagné de son épouse Melisa. Des inspecteurs enquêtant sur cet incident ont déclaré que les premières informations faisaient de la femme, âgée de 29 ans, le principal suspect. Melisa, 29 ans, aurait comploté avec le conducteur qui est toujours en fuite pour tuer le vendeur de journaux.

L’OCPD d’Eldoret East, Zacharia Bittok, a déclaré que des voisins avaient intercepté la moto transportant le corps à plusieurs mètres de la maison.
M. Bittok a déclaré que le conducteur s’était enfui en laissant derrière lui la moto qui portait le corps de Matchesa. La moto, a déclaré M. Bottok, est actuellement détenue au poste de police central d’Eldoret, pendant que les enquêtes se poursuivent.

«Nous avons appris que le défunt et son épouse avaient eu des querelles de famille, mais nous n’avons pas encore déterminé le motif du meurtre et l’endroit où le corps était emmené», a déclaré le chef de la police.
Il a ajouté que la police avait contacté l’Autorité nationale des transports et de la sécurité pour déterminer le propriétaire de la moto utilisée pour transporter le corps.
À Bondeni Estate, où le vendeur de journaux vivait et possédait des maisons, des voisins ont déclaré avoir entendu du bruit peu de temps avant 2 heures du matin dans la maison du couple avant le départ d’une moto du domicile.

Nelson Wasamba, un locataire de l’une des maisons de Matchesa, a déclaré avoir entendu des chiens aboyer dans le quartier pendant que le suspect se lamentait. «Elle (Melisas) a commencé à pleurer et à se plaindre du fait que son mari avait été tué. Nous avons cherché à voir le corps mais nous n’avions pas pu le voir dans la maison. C’est à ce moment-là que nous avons découvert que le corps gisait sur la route près de la maison », a déclaré M. Wasamba.

Il a déclaré qu’un voisin avait tenté de tirer sur le conducteur à l’aide d’un arc et d’une flèche, le forçant à courir à pied, laissant derrière lui le corps qui saignait encore. Un membre de la famille a raconté que Melisa menaçait de tuer Matchesa un jour. Les deux, selon le neveu de Matchesa, Owen Andove, se sont mariés en 2011 et se querellaient souvent.
Publicité
«J’ai vécu avec mon oncle (Matchesa) à partir de 2007. Sa femme a souvent menacé de le tuer. Elle avait récemment annoncé que le défunt mourrait avant janvier (2019) », a déclaré Andove à la presse.