NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

INTERVIEW : FATIMA CIA SE LANCE DANS LA PROMOTION DES JEUNES RAPPEURS DE LA RDC

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Grande est toujours leur joie chaque fois qu’ils reviennent, pour une raison ou pour une autre, à Kinshasa, la capitale de la RDC ; plus particulièrement quand ils reviennent pour la cause du mouvement de la musique hip hop, un domaine dans lequel ils font figure de pionniers au pays et pour lequel ils se considèrent comme le patrimoine national. Eux, c’est B-Flash et D.D.C, les membres fondateurs du groupe Fatima CIA, qui sont spécialement venus pour un concert de denichement de talents dans la nouvelle génération des rappeurs de la ville de Kinshasa ; mais également pour d’autres grands projets dont ils nous dévoilent les secrets dans cette interview exclusive.

V. Night: Bonjour Fatima CIA. C’est toujours de vous recevoir sur voilà night. Comment vous portez-vous ? Et quelles sont les nouvelles ?

B-Flash : Nous nous portons à merveille. Nous sommes spécialement venus pour le concert que nous allons livrer avec les jeunes rappeurs de la commune de Masina ce dimanche 16 août. Une occasion de faire replonger nos fans dans l’ambiance des tubes tels que ‘’On s’en fout’’, ‘’Dégât’’, ‘’Ndungu zitende’’ en tant que les mbiaka (les doyens) du hip hop ici au Congo. À côté de ça, nous avons également de gros projets pour l’encadrement des jeunes. Je parle évidemment de ces jeunes qui évoluent dans ce mouvement hip hop.

V. Night : Vous aviez promis de revenir vous installer à Kinshasa avec une structure d’accompagnement de jeunes rappeurs et un studio d’enregistrement. Où en êtes-vous avec ce projet ?

B-Flash : Nous sommes aussi venus pour ça. Nos allers-retours entre Paris et Kinshasa s’inscrivent dans ce cadre-là. Nous observons, nous scrutons pour voir ce qu’on peut faire, là où nous pourrions installer cette structure. Nous discutons aussi avec des partenaires ; là d’ailleurs, nous sommes d’ailleurs en plein pourparlers avec la Bralima. Je pense que d’ici peu les studios vont descendre ici.

 V. Night : Vous dites ‘’Studios’’ au pluriel, il y en aura beaucoup ?

B-Flash : Il y en aura deux. Nous allons mettre en place une structure qui aura plusieurs branches notamment un studio de DDC qui sera spécialisé en vidéo, le montage des clips et tout ; moi, ‘aurai un studio audio. Et puis, il y aura également un volet pour la ‘’Wave Music’’ qui est notre festival.

V. Night : Parlons de ‘’Ndungu zitende’’, votre tout dernier album lancé sur le marché du disque. Quel écho en avez-vous depuis sa sortie ?

 D.D.C : L’album est positif. Il est presque partout. C’est distribué en Europe, toute la France, la Fnac et tout. Mais il reste, c’est vrai, la distribution à Kinshasa. Nous le ferons d’ici-là avec les clips qui vont appuyer l’album.

V. Night : Qu’en est-il de votre projet d’encadrement et de promotion des jeunes rappeurs ici à Kinshasa ? Comment et où se déroulera ce concert spécial avec des jeunes artistes que vous avez répertorié ?

B-Flash : le concert aura lieu au terrain municipal de Masina ce dimanche 16 août à partir de 14 heures. C’est une collaboration qu’on pense faire avec ces jeunes. Nous en avons sélectionnés une dizaine. Après la scène, nous ferions une compilation que nous ramènerions sur de bonnes plates-formes de promotion au niveau de Paris. Nous sommes en contact avec des promoteurs de la Radio France internationale (RFI) qui ont un focus sur le hip hop africain. Ils font la promotion des jeunes rappeurs de l’Afrique francophone. Et chaque qu’ils nous appellent, ils nous demandent quand est-ce que nous allons des projets de jeunes rappeurs de la RDC. La RFI est également une éditrice. Donc, si elle se charge de la compilation qu’on fera avec ces jeunes-là, ce sera déjà bien pour leur carrière. Ils vont sûrement aller loin ; et ils seront indépendants. C’est comme ça que nous les Fatima CIA nous avons fonctionné et continuent à fonctionner. Nous n’aimons pas être sous le tutorat de qui que ce soit qui pourrait venir imposer ce qu’il veut. Nous avons toujours être libre. C’est pour cela que nous avons nos propres studios, nos propres structures. C’est cette façon de voir les choses que nous voudrions inculquer à ces jeunes rappeurs. Ç’a été difficile au début pour nous, mais nous continuons à lutter et à faire tomber les barrières.

 V. Night : Justement, ça fait longtemps depuis que vous existez en tant que groupe musical. Quand est-ce que vous fêterez le prochain anniversaire de l’existence de Fatima CIA ? Combien d’années avez-vous déjà totalisé ?

B-Flash : Fatima CIA a plus de 20 ans d’existence. Déjà, notre première vidéo date de 1993. Et le groupe existe depuis 1991. Donc, ça nous fait 24 ans d’existence. La 25ème année, nous allons la fêter avec faste ici à Kinshasa ; et plus précisément à Gombe, la commune de la ville d’où est partie cette belle aventure.

Dans la suite de l’interview, Fatima CIA dévoile d’autres projets notamment celui de la réalisation d’un album dont toutes les chansons seront écrites en lingala avec Maître Gim’s.  Suivez cette vidéo pour en savoir davantage :