NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

HALLOWEEN – UNE SIMPLE FÊTE OU UN CULTE AUX MORTS ?

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
HALLOWEEN

Après la saint valentin, la journée internationale de la femme, la Noël et la bonne année qui sont les fêtes assez populaire des congolais et du kinois en particulier. Bien que timidement accepter,  la fête d’halloween commence à prendre de l’ampleur dans les écoles, les familles et les places publiques de  kinshasa. Connaissez vous les origines de cette fête? Les mythes qui l’autour? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la fête d’halloween.

HALLOWEEN 1

Halloween est une fête d’origine anglo-celtes considérée comme païenne selon la tradition chrétienne. Elle est célébrée dans la soirée du 31 octobre de chaque année, à la veille de la fête catholique de la Toussaint. L’église célèbre chaque 1er novembre la Toussaint, alors qu’elle était célébrée après la pâques, simple coïncidence ou une décision prise expressément?

Le nom Halloween est une contraction des mots anglais All Hallows-Even qui voudrait simplement signifier the eve of all saints’day en anglais contemporain et pourrait se traduire par la veillée de la Toussaint ou la fête de tous les saints. Elle est célébrée principalement en Irlande, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle Zélande et dans de nombreux autres pays.

HALLOWEEN 2

La tradition ancienne présente cette fête comme un culte des morts. Des milliers d’adeptes de la Wicca (une religion pratiquant la sorcellerie) suivent encore aujourd’hui d’anciens rites Celtes et considèrent Halloween comme la nuit la plus sacrée de l’année. Le quotidien USA Today rapporte les propos de l’un d’entre eux, qui se dit sorcier : « Les chrétiens “ne s’en rendent pas compte, mais ils célèbrent notre fête en même temps que nous. […] Nous en sommes heureux”. » Durant cette nuit, les Celtes se déguisaient pour ne pas être reconnu des esprits. Pendant cette nuit, ils imaginaient que les défunts rendaient visite aux vivants, et pas toujours avec de bonnes intentions. Se déguiser permettait donc de se fondre parmi les esprits, qui ne peuvent   pas repérer les humains. D’où les couleurs typiques d’Halloween : le noir, qui rappelle la mort.

HALLOWEEN 3

 

Tandisque la tradition moderne la plus connue du monde  veut que les enfants se déguisent avec des costumes effrayants comme des costumes de fantômes, de sorcières, de monstres ou de vampires et aillent sonner aux portes en demandant des friandises avec la formule : Trick or treat! qui signifie « des bonbons ou un sort ! ». La soirée peut également être marquée par des feux de joie, des feux d’artifices, des jeux d’enfants, la lecture de contes horrifiques ou de poèmes d’Halloween, la diffusion de films d’horreur mais aussi la tenue de messes anticipées de la Toussaint dans sa composante strictement religieuse.

Si le monde d’ailleurs est très optimiste à l’idée de fêter Halloween, l’afrique, ce continent où règne christianisme, sorcellerie et autre pratique exotérique, reste très pessimiste et accueille timidement  cette dernière a cause de ses origines mystiques et  païenne.

C’est même le cas pour kinshasa, la capitale du Congo, la  ville de la fête et de la bonne ambiance. Nous réalisons que la population qui a  habitude de saisir des opportunités festives pour toujours faire la fête, se prépare aussi mais assez timidement pour cette fête, aux costumes effrayants.