NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

FOOT-SANTE : LES FOOTBALLEURS KINOIS ET LE CHANVRE, UN VRAI TABOU !

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
COLOMBIA-MARIJUANA-MARCH

Le chanvre dans le football à Kinshasa est un sujet tabou. On n’en parle pas ; on ne dit rien. Mais ceux qui viennent aux stades de Kinshasa constatent que la vente est illicite mais elle est  pratiquée aux sus et vus des amoureux du foot. Faites un petit aux  alentours des terrains municipaux, des terrains sablonneux appelés « zélotiques » par nos confrères de Couleurs TV  et de quatre stades de Kinshasa, vous constaterez que le mal est profond.

Alors pourquoi,  certains footballeurs kinois aiment fumer le joint ou le cannabis ou le chanvre indien ou likaya ou diamba ?  Ce qui étonne plus d’un,  les plus actifs sont les U-17, U-18, U-19, U-20, etc.  Soyons sincères pas tous. Mais ils savent bien que leurs équipiers consomment ce produit illicite.

Nous avons posé la question à trois jeunes sur trois endroits différents. Ecoutez leurs réponses  à  cette question (initiales noms) :

° Joël M… 17 ans (Q/Kingabwa) : «  ça donne du courage. Tu peux jouer un match sans être fatiguer ».

° Aristote K…16 ans (Terrain Buda/ N’Djili) : Je prends ça parce que mes amis prennent aussi. Ça donne la force de jouer surtout pour un défenseur…… ».

°  Carly D… 22 ans (Tata Raphael) : «…… Lors d’un match important, le chanvre nous évite la peur et la fatigue. De fois, il nous permet de gagner. Notre coach et notre gardien en consomment régulièrement ».

Attention, les raisons peuvent être de diverses fortunes mais le chanvre est un produit populaire prohibé en RDC. C’est vrai du dopage.  Les effets  recherchés pour ces jeunes footballeurs sont : améliorer indirectement la façon de jouer (performance),  le chanvre à un effet calmant ou relaxant  et booster l’effort  pour se montrer meilleur dans le but de gagner.

Au finish, la consommation de cette substance est nocive pour les jeunes footballeurs. Elle peut causer des dégâts importants au cerveau, et la mort en cas d’usage abusif. Selon la législation congolaise, les récalcitrants encourent des peines de 6 mois de prison ou plus. En plus,  il doit payer obligatoirement une amende.

[fbcomments]