NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

FOOT- INFOS: 76.250 $ FRAIS A PAYER PAR LE FC RENAISSANCE APRÈS LES INCIDENTS DU DIMANCHE

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
DCMP-Imana

76.250 $, c’ est le montant à payer par les Oranges de FC Renaissance du Congo après les incidents survenus lors de leur rencontre face au DCMP-Imana. Les Renais avaient perdu ce match de la 21e journée de VL1 organisée ( 1-0). Cette somme est le cumul de 20.000 $ d’amende correctionnelle infligée par le comité de gestion de la LINAFOOT et 56.250 $ la somme chiffrée des dégâts causés par le Renais selon le comité de gestion du Stade ex. Kamanyola.

Pour le comité de gestion du Stade des Martyrs chapeauté par Théobald Binamungu, les supporteurs du FC Renaissance du Congo sont les auteurs de ces incidents entre autres: casse de chaises et vitres, portes arrachées et emportées, ampoules et projecteurs cassés, gazon synthétique impacté par les projectiles et cas des blessures (civils et policiers ).

Au delà de ce montant qualifié de fantaisiste, ceux qui aiment le football détestent la violence. Elle est du domaine de l’incivisme et naturellement condamnable. Et que la LINAFOOT et le comité de gestion du stade doivent sévir pour éradiquer cette forme d’incivisme recidiviste.

Pour les dirigeants du FC Renaissance du Congo, les décisions prises sont de l’ordre de l’ irrationalité car paré au plus pressé. Les punisseurs mettent la charrue avant le boeuf au lieu de donner des réponses aux problèmes de fond. Une enquête neutre et minutieuse menée par les services spécialisés aurait pu dégager les responsabilités afin de punir
sévèrement les coupables.

En plus dans le souci de préserver la paix sociale, un cabinet d’expertise privé spécialisé dans le BTP aurait pu quantifier les dégâts pour une solution durable en lieu place de la partie lésée.

En RDC, les organisateurs de nos compétitions sportives attendent “ vive les dégâts “ pour emporter les recettes des match ou punir au lieu de planifier et d’anticiper comme les Européens. Ces réactions des supporteurs étaient prévisibles. Maintenant qui va payer les préjudices causées ?