NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

En RDC, "Michael Jackson" est mort!

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
tabu-ley-2-630x380

La disparition de l’artiste Tabu Ley a provoqué une vague d’émotion et de recueillement unanime en RDC.

Tabu Ley Rochereau, l’un des rois de la rumba congolaise,  si pas l’unique, est décédé samedi à l’hôpital Saint-Luc de Bruxelles, à l’âge de 76 ans.

Quelques heures après la terrible nouvelle de sa mort, les principaux opérateurs culturels congolais ont tenu à réagir; lui rendant hommage tout en témoignant de ses exploits et ses contributions dans la musique congolaise.

Le “+Seigneur Rochereau+, comme le surnommait jadis les congolais, était notre Michael Jackson à nous”,  affirme Richard Kabila, un promoteur culturel à Kinshasa.

“Il s’agit ici de la mort de l’un des plus grands artistes africains, pas seulement congolais”, affirme à son tour, Gabriel Shabani, qui fût longtemps producteur du “Seingeur Ley”.
“Avec plus de 3000 chansons à son actif, c’est le plus grand compositeur du monde!”, poursuit-il.
Dans le centre-ville de Kinshasa, Jean-Jacques, un passant, rappel au micro de notre correspondant, que l’illustre disparu  à  “influencer” toute la société congolaise grâce à son art;  affirmant par exemple qu’il serait à l’origine du terme très prisé :”Mukala”.
“Le terme +Mukala+ qui diségne un aide de camps, a été lancé pour la première par Tabu Ley dans une de ses chansons. Et aujourd’hui, il est très utilisé dans la culture populaire; c’est dire à quel point il n’est pas seulement un chanteur,  un promoteur culturel aussi”, poursuit-il.
Sur internet, la communauté congolaise, africaine et voir mondiale n’était pas en reste.

 

Fally Ipupa, Papa Wemba, Ferre Gola entre autres ont publié des commentaires émouvant à son sujet.

 

Francois Bensignor de centre musical parisien IRMA salue Le “Seigneur Rochereau” comme “la superstar dans toute l’Afrique”.

Né Pascal Tabu Ley le 13 novembre 1940, Pascal Emmanuel Sinamoyi Tabu de son vrai nom,  est décédé le 30 novembre 2013 à Bruxelles des suites d’un AVC (Accident Cardio Vasculaire).

Sa collaboration avec le Musicien Grand Kalle en 1956 marqua le début de son ascension chez le grand Public.

Son succès pris une dimension internationale dans les années 60-70, avec plusieurs apparitions L’Olympia à Paris. C’est le premier Africain à se produire sur scène dans cette grande salle parisienne.

Il maquera par l’innovation de sa musique très inspire de la Pop, et le blues des années 60-70., avec son orchestre “L’Africain Fiesta National”

En 46 ans de carrière, Tabu Ley a composé plus de 3 000 chansons et vendu plusieurs milliers de disques.

Quatre de ses fils, Pegguy Tabu, Abel Tabu, Philémon et Youssoupha, ont suivi le chemin de leur père dans le milieu de la musique en tant que chanteur et ou compositeur.

Son fils Marc Tabu se souvient du père mais aussi de l’artiste: “je garde le souvenir d’un bon père et aussi d’un grand musicien, on ne l’a pas seulement apprécié comme papa mais aussi comme un grand artiste de notre continent”.

Voici quelques vidéos de ses plus grands succès:



Voila Night