NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

DE PASSAGE A KINSHASA, YOUNG P DECLARE ETRE VENU POUR TOUT ARRACHER

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
young p

Young P est une nouvelle star de la chanson qui se taille, de plus en plus, une bonne image et une bonne place sur la scène musicale internationale. Auteur d’excellentes œuvres et de plus d’une collaboration avec notamment le rappeur Bedjik, une de figures phares du collectif Wati B, Young P impose sa musique composée de divers styles. Il est originaire de la RDC mais il réside en Europe, plus précisément en Belgique. Il vient d’effectuer un tour à Kinshasa pour un bref séjour au cours duquel il a pensé se reconnecter avec sa source. L’équipe de Voilà Night l’a croisé, et voici son interview :

Voilà Night : Qui est Young P ?

Young P : je suis un artiste congolais qui  fait de la musique, le rap, hip pop, pop ; je fais un peu de tout. Young P, c’est mon de scène. Et la lettre P est simplement l’initial de mon prénom Peter.

Voilà Night : tu dis être un artiste congolais mais ton visage parait un peu inconnu de l’avis du grand public d’ici ; où est-ce que tu évolues ?

Young P : J’évolue en dehors de Kinshasa ou de la RDC en général. Je suis basé en Europe, plus précisément en Belgique où je vis ; et j’y évolue comme en France aussi. Mais cela n’empêche pas que je sois présent dans tout l’espace francophone puisque la musique ne peut pas être enfermée quelque part.

Voilà Night : Où es-tu né ?

Young P : Je suis né ici à Kinshasa, dans la commune de Ngaliema. D’ailleurs, ça m’a énormément fait plaisir de retrouver, à nouveau, les miens après plusieurs années d’absence. Nous avons encore eu l’occasion de nous revoir.

Voilà Night : Et comment t’es-tu retrouvé en Belgique ? Depuis quand tu t’y es rendu ? Dans quel cadre ? Est-ce que c’était dans le but d’aller y faire de la musique ?

Young P : je suis parti d’ici il y a douze ans. Non, ce n’était pas dans l’optique d’aller y faire de la musique. Je suis parti parce que j’avais envie d’aller étudier ailleurs et la musique m’a retrouvé là-bas.

Voilà night : Comment ça s’est passé, ce début de carrière en musique ?

Young P : En fait, j’ai rencontré un groupe d’amis là-bas parmi lesquels quelques-uns s’amusaient à rapper. Et ils me disaient pourquoi est-ce que tu ne chantes pas, tu ne rappes pas, puisqu’ils estimaient que j’avais une belle voix. Je leur répondais que j’étais très gêné, que je ne savais composer des chansons ; et que ça allait être une expérience surprenante pour moi. Mais une fois, un ami m’a demandé de l’accompagner au studio, et à un moment donné, il m’a demandé de chanter et de rapper. J’ai essayé et il m’a dit que j’avais une belle voix. Je me suis écouté et tout de suite ça m’a charmé. Et quand je suis rentré chez moi, j’ai découvert en même temps que j’avais la facilité d’écrire et voilà comment je suis tombé sous les charmes de la musique.

Voilà Night : Et si on doit le situer dans le temps, c’est vers quelle année que cela s’est produit ?

Young P : c’est vers les années 2008-2009. 2008, ce fut l’année da la découverte et l’année suivante, je me suis beaucoup impliqué parce que je me suis rendu compte que c’était vraiment quelque chose à ne pas laisser passer comme cela ; j’ai alors démarré, de manière professionnelle, ma carrière en musique.

Voilà Night : Ça fait actuellement cinq ans que tu es actif en musique, mais quelles sont tes réalisations ?

Young P : J’ai déjà à mon actif un concert personnel tenu en Belgique. Des shows cases en France et en Belgique. J’ai également lancé des singles que vous pourriez retrouver en ligne notamment sur le moteur de recherche vidéos Youtube. J’ai fait une collaboration avec un de membres du collectif Wati B, H Magnum et aussi avec Bedjik, le petit frère de Maître Gim’s. J’ai également réalisé et sorti en Belgique un mixtape qui s’appelle « La plume de l’aigle ». Et là, je suis en train de préparer un autre single qui s’intitule «  Noir et Blanc », qui sera d’ailleurs disponible d’ici le début de ce mois de Septembre. Et voilà, on n’arrête pas…

Voilà Night : Tu n’as pas encore d’album sur le marché ?

Young P : Non, je n’en ai pas encore. Jusque-là, je n’ai pas encore signé dans une maison de disque. Il faut avoir une signature dans une maison de disque comme Universal ou autre pour pouvoir sortir un album. Je l’impression que certaines personnes sortent des albums comme ça sans tenir compte de certains paramètres. Pour moi, il faut bien prendre le temps de préparer un album, qu’il soit quelque chose de propre ; et c’est ensuite qu’il faut chercher à rassembler tous les canaux qu’il faut en posant de bases solides pour le sortir en bonne et due forme.

Voilà Night : De toutes les chansons que tu as faites laquelle tu préfères le plus ?

Young P : Je n’ai pas de morceau que je préfère le plus par rapport à d’autres, parce que j’ai exploité divers styles ; c’est au public d’apprécier. Il y a de titres comme « Au top » avec H Magnum ; « Pour elle »,  qui est morceau reggae ; il y a «  C’est la vie », et tant d’autres. Je n’ai pas un son particulier à recommander au public ; la musique est large. Je leur offre un peu de tout puisqu’ils adorent la musique. Actuellement, j’ai sorti un autre titre intitulé « Partir d’ici » ; en fait, c’est une chanson qui traduit mon désir de voyager un peu et de venir ici à Kinshasa pour changer un peu d’air. Voir les mêmes choses en Europe m’avait fatigué. Donc, j’ai fait ce mouvement pour revoir un peu de la famille, des amis, et tout !

Voilà Night : Et à quoi peut-on s’attendre à ce retour à Kinshasa ? As-tu rencontré ton public ?

Young P : Je suis revenu pour renouer avec mes origines. Je ne peux pas me permettre de dire que j’ai un public à Kinshasa, tellement qu’il y a longtemps que je suis parti d’ici. Donc, il y a de choses que je ne connais pas. Tout ce que je veux maintenant, c’est que les congolais puissent savoir qu’ils ont un de leur qui évolue en Europe tout en pensant à eux. Voilà aussi un autre sens de mon retour à Kin, outre cette envie de revoir la famille que j’ai quitté il y a très longtemps.

Voilà Night : As-tu une certaine idée du public que tu vas rencontrer à Kinshasa, puisque le public kinois est un peu trop friand des œuvres que produisent les artistes locaux ?

Young P : Je pense que le congolais, de manière générale, est une personne qui aime l’art. Donc, le public congolais n’est pas un public fermé. On peut retrouver le public dans n’importe quel style de musique, rumba, reggae, hip hop, électro ; bref, le public congolais est flexible et aime les bonnes choses. Ils ne sont pas enfermés que dans la musique de Werrason, JB Mpiana, Koffi Olomide ou les autres. D’ailleurs, à l’époque où je résidais à Kinshasa, on dansait sur les morceaux de chanteurs et rappeurs américains comme R Kelly, Snoop Dogg, 2 Pac, DMX, et les autres mais il y avait quand même Werrason, JB, Papa Wemba et les autres. Donc, je pense que le public kinois et congolais en général peut accepter n’importe quel genre de musique tant qu’elle est bonne.

Voilà Night : Que prépares-tu à Kinshasa pendant tout ton séjour ?

Young P : Je n’ai préparé de choses comme un concert ou une production quelconque de manière particulière. Je suis simplement venu pour me reconnecter avec ma source. Et si tout va bien, je pourrais réaliser un clip ici quand bien même il me reste très peu de jours puisque je repars dans moins d’une semaine.

Voilà Night : Si tu t’en vas, ton prochain retour pourrait être estimé après combien d’années ; puisque tu as mis 12 ans pour revenir ?

Young P : … (Rires). Je ne sais pas dire après combien de temps je reviens. Mais j’espère revenir le plus vite possible pour approfondir ma relation avec le public de mon pays.

Voilà Night : Quel lien as-tu avec les artistes d’ici à Kinshasa ?

Young P : Je n’ai vraiment pas de lien avec les artistes d’ici parce que je n’en ai pas rencontré de manière personnelle. J’ai juste croisé l’ n d’entre eux, celui qui a chanté « tapé toké »…

Voilà Night: Oliverman?

Young P: Oui, c’est lui. Nous avons sympathisé et voilà.

Voilà Night : Vous prévoyez quelque chose ensemble ?

Young P : Non. Nous nous sommes juste rencontré et avons fait connaissance. Il n’y a aucun projet en vue.

Voilà Night : Avant de regagner l’Europe, quelle image voudrais-tu que les congolais puissent garder de toi ?

Young P : Il faudrait que le public congolais retienne que Young P est un artiste très chaud. Donc, je ne joue pas la musique pour rigoler. Je me pointe plutôt pour tout arracher. J’invite d’ailleurs le public à voir le clip d’une de mes chansons que j’ai intitulé « Rambo » pour qu’il comprenne l’ardeur qui m’anime dans ce que je fais. Ils verront que Young p est un artiste déterminé et que c’est quelqu’un qui se bat pour réussir. Je remercie toute l’équipe de voilà night.


 

 

 

 

[fbcomments]