NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

CONCOURS SLAM-POESIE 4ème EDITION, LE GRAND PRIX REVIENT A DO NSOMENE

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Slam

Ce fut un moment émouvant et un vrai régal pour les amateurs de la culture qui ne ratent, pour rien au monde, les rendez-vous avec les spectacles vivants qui s’organisent dans la capitale congolaise,  particulièrement à l’Institut Français de Kinshasa. Coïncidant avec la Journée Internationale de la Poésie programmée le 21 mars de chaque année, la 4ème édition du concours Slam-Poésie urbaine de la Halle de la Gombe a, une fois de plus, réussi le pari de la promotion de cet art qui sublime la pensée dans une image, la pensée dans un écrit ou encore la pensée dans une voix.

Pour cette compétition, le podium de la salle des spectacles de l’Institut Français de Kinshasa s’était transformé en arène pour un affrontement d’idées, de textes et des autres expressions tournant autour de la poésie doublée de la discipline du Slam. Ainsi, 15 candidats ont été retenus pour se disputer les trois premières places dont les prix variaient entre deux tablettes et un gros dictionnaire illustré signé Larousse.

Pendant plus de trois heures du temps, le public a savouré toutes ces belles pensées proposées sous forme poétique par tous les participants à cette 4 ème édition du concours Slam-Poésie de la Halle de la Gombe. Candidats, différents invités et Yekima, l’animateur de cette soirée et avant-gardiste du mouvement Slam congolais ont tous convié les spectateurs à une vraie balade dans l’univers du Slam-Poésie avec de textes aussi merveilleux qu’originaux.

Au final, le mérite est donc revenu à Do NSOMENE qui a reçu le premier prix, une tablette, pour sa prestation autour du texte « Pourquoi je slam ». Le deuxième prix, une autre tablette, a été attribué à ROLKA pour son texte « Tirer le meilleur du pire ». Et le troisième prix, le dictionnaire Larousse illustré, est revenu à RL-MUFIKA qui a dépeint la vie de jeunes à Kinshasa avec son texte « La merde ou la merde ». DIBA qui a proposé le texte « Kitambala ya mama mwilu » et L’ART(R)ISTE POETEUR avec son texte « Les larmes de la terre » ont, eux, tout simplement bénéficié de diplômes de mérite.

Beaucoup d’autres textes ont suscité l’éblouissement de tous les spectateurs notamment le passage du très célèbre Papa Aimé qui est, plus d’une fois, revenu sur sa poésie titrée « La terre est menacée » réclamée par le public. Yekima De Bel Art, l’Afro-slameur, a bouclé cette belle soirée du concours Slam-Poésie avec un mets poétique autour de ce qui se propose sur la table du congolais, selon son origine ethnique ou tribale. Rendez-vous donc à la cinquième édition pour d’autres plaisir avec le Slam-Poésie.