NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

CINEMA : LE FILM ‘VIRUNGA’ – TOURNE EN RDC – NOMINE AUX OSCARS 2015

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Tourné en République Démocratique du Congo, Virunga est un film documentaire réalisé par le britannique Orlando von Einsiedel, produit par Leonardo Dicaprio, et qui met en lumière la lutte des gardes du parc des Virunga, dans l’Est de la RDC. Reserve naturel classé patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, le parc de Virunga avec toute la biodiversité qu’elle renferme est menacé d’extinction par l’exploitation du pétrole dans son sous-sol. Dans ce film qui retrace aussi le drame des gorilles des montagnes braconnés par les groupes rebelles, avec sa caméra, la journaliste Mélanie Gouby, raconte son enquête sur les activités peu scrupuleuses d’une société pétrolière.

Le parc de Virunga, dernier sanctuaire des gorilles des montagnes est l’objet de grandes convoitises de la part des plusieurs puissances mondiales d’où la réalisation de ce film documentaire.

VIRUNGA3 VIRUNGA3

NetFlix-Poster1

Nominé à la 87eme édition des Oscars qui vont se tenir le 22 février 2015 au Dolby Théâtre de Los Angeles pour récompenser les films sortis en 2014, le Film Virunga est classé pour l’Oscars du ‘Meilleur Film Documentaire’. Créé en 1925, il est non seulement le plus ancien parc national de la République démocratique du Congo mais aussi d’Afrique : la richesse de sa faune et de sa flore reflète une incroyable biodiversité. Situé à l’Est du Congo, il comprend en partie les montagnes des Virunga, près du Rwanda et de l’Ouganda.
Organisée par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, la 87ème édition des Oscars sera présentée pour la première fois par Neil Patrick Harris.

VIRUNGA4

Interviewé par le magazine Jeune Afrique sur les motivations du film Virunga, Mélanie Gouby a répondu pour dire :
« C’est l’un des parcs qui compte la plus grande biodiversité en Afrique et qui abrite la dernière population de gorilles de montagne. Même au-delà de ces considérations, le parc joue un rôle crucial au sein de la communauté avec son fort potentiel économique. Avant la guerre, le tourisme représentait la toute première industrie de la région. Protéger les gorilles, c’est donc protéger le potentiel économique du parc ! L’industrie pétrolière ne créerait pas autant d’emplois puisque l’exploitation nécessite une main-d’œuvre spécialisée. Alors que restera-t-il pour les Congolais? L’argent ira dans les poches de Soco International ».

[fbcomments]