NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS
Voila Banner 728 x90

BEAUCOUP DE FILLES KINOISES NE SAVENT PAS CUISINER, POURQUOI?

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
KINOISE

A Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, l’on y retrouve un peuple mixte venu des quatre coins du pays et même ceux provenant d’autres contrées.  Chacun avec sa culture, ses traditions et ses valeurs. Si dans la culture occidentale, l’éducation de la jeune fille n’est pas très différente de celle du jeune homme, en Afrique ce n’est pas le cas, particulièrement dans l’Afrique traditionnelle.  Si au jeune homme l’on apprend à se battre, à défendre les siens et prendre soin de sa famille par le travail, à la jeune fille l’on apprend à tenir une maison, son mari et ses enfants. Et entretenir sa maison comprend essentiellement faire la cuisine.

Face à la modernisation des cultures, très peu de familles africaines et particulièrement congolaise n’oublient pas qu’en plus d’envoyer les filles à l’école, il est impératif d’apprendre aux jeunes filles à devenir des femmes complètes.

L’on rencontre dans les rues des belles jeunes filles, et même des brillantes intellectuelles aux petits soins avec leur corps, s’adonnant à plusieurs activités futiles sauf ce qui leur serait d’un atout en tant que femme, tel que: Faire la cuisine!

Collée à leur téléphone et naviguant d’un réseau social à un autre, se pomponnent pour se prendre en photo, ou scotchées devant les télénovelas, elles passent leur journée à zapper d’une chaîne à l’autre pour finir la journée autour d’un verre avec des copines à papoter. Et même pour certaines femmes mariées, il est plus simple de prendre des shawarma, une pizza ou autre plat emporté plutôt que de faire la cuisine qui représente une tâche trop difficile, contraignante et épuisante.  Les raisons qui explique ce phénomène de l’éloignement à la cuisine pour les femmes sont nombreuses.

Il est important de noter que la société congolaise et kinoise en particulier perd de plus en plus ses valeurs, ce sur quoi les aînés devraient veiller. Par exemple à l’occasion des grandes vacances, les mères, tantes et autres femmes dans les familles peuvent inviter, initier ou pousser les jeunes filles à la cuisine. Ainsi, les jeunes filles pourront prendre goût à faire la cuisine, et de ces occasions peuvent naître des habitudes en vue de faire de la jeune fille une femme accomplie.