NOUVELLES
 PROMOTION SPÉCIALE
 EVÉNEMENTS

AMOUR ET RELATION- 10 CONSEILS POUR PARLER DE LA SEXUALITÉ AVEC LES ENFANTS

:::
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
RELATION

Après la petite enfance, l’enfant traverse le moment le plus turbulent de sa vie durant l’adolescence. Cette période place l’enfant face à de nouvelles réalités.

L’enfant est exposé à son ardent désir de se découvrir et découvrir sa sexualité, hélas, en Afrique, les parents qui sont censés parler aux enfants  de toute cette réalité ne font pas leur travail. Si vous êtes parents ou tuteurs, voici 10 conseils qui vous aideront à parler de sexualité avec vos enfants.

 

  • Ne soyez pas intrusive.

 

Pour ouvrir le dialogue avec votre enfant, celui-ci doit sentir que vous respectez son jardin secret et que vous n’êtes pas en train de tenter par tous les moyens de vous immiscer dans sa vie privée.

  • Ne jouez pas à la mère copine.

 

Evitez également l’écueil classique de la mère copine, en discutant avec votre enfant comme si vous aviez le même âge. Non, vous devez rester à votre place. Non seulement vous n’avez pas le même âge mais surtout vous êtes sa mère. Il doit sentir le sens des responsabilités qui vous incombe. Ne soyez pas non plus autoritaire : il risquerait de se fermer. Tout est une question d’équilibre.

  • Tenez compte de son âge.

On ne parle pas de sexualité de la même façon à un ado de 12 ans ou à un jeune adulte de 18 ans. A priori, le premier n’a pas encore eu de rapports sexuels, il convient donc de ne pas rentrer dans les détails de l’acte. Ne sachant pas vraiment de quoi vous parlez, il aurait du mal à relier ces images dans sa tête. S’il est plus âgé et déjà averti, les choses sont différentes. Il saura comprendre de quoi vous parler.

  • Appelez  chaque chose par son nom.

 

Inutile d’y aller par quatre chemins en discutant avec votre ado. Il n’est plus un enfant. Essayez donc d’éviter de lui parler de son “minou” ou de son “zizi”. Si vous voulez avoir une discussion entre adultes, n’hésitez pas à lui parler franchement.

  • Répondez à ses questions.

 

S’il vous pose des questions, c’est bon signe. Le dialogue est instauré et il est prêt à discuter avec vous. Il est donc important que vous puissiez répondre à ces interrogations.

  • Mettez-le en garde contre les MST

 

Cela vous semble peut-être évident, mais il est important de souligner ici l’importance de la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Sida, syphilis, hépatites… n’hésitez pas lui évoquer les MST. Parlez lui aussi de la capacité de se contenir et attendre le moment favorable pour le faire

  • Parlez-lui de la pornographie.

 

Il est important que votre ado soit capable de faire la différence entre des images aperçues à la télévision (ou encore sur internet) et la réalité. L’idée est de lui faire comprendre que ce qu’il peut voir ne correspond pas à la vraie vie et qu’une sexualité ultra-débridée n’est pas la normalité. Il doit également savoir que s’il se sent gêné par certaines images qu’il a vues, il ne doit pas avoir honte et peut vous en parler.

 

  • Essayez de vous mettre à sa place

 

N’oubliez pas vos jeunes années et sachez prendre la place de votre ado ! Essayez donc de ne pas vous choquer trop vite, parce qu’il ou elle a des envies, des désirs. Vous aussi en aviez à son âge ! Il est naturel d’avoir par exemple des fantasmes et si votre enfant les exprime, ne le cassez pas. C’est un vrai signe de confiance s’il s’adresse à vous de la sorte.

  • N’hésitez pas à lui proposer de consulter

 

Si votre enfant est gêné de parler avec vous ou si vous sentez par exemple qu’il serait plus à l’aise de poser certaines questions à quelqu’un du même sexe, n’hésitez à lui proposer de discuter avec un sexologue ou un encadreur spirituel et social.

  • Parle lui de la grossesse

 

Vous devez être vrai avec votre enfant, il ou elle doit prendre conscience des réalités liées au sexe. Elle(il) doit savoir que quand on fait l’amour, la conséquence direct peut être de tomber enceinte et ainsi avoir un enfant non attendu . Il faut lui dire aussi que les grossesses précoces détruisent l’avenir des adolescents.